Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Intel avance vers la NOR

Par - Source: DigiTimes | B 5 commentaires

Intel vient de révéler ses plans pour le marché de la mémoire flash NOR et annonce la sortie d’une mémoire trois volts destinée au marché des mémoires embarquées. L’architecture Intel StrataFlash Embedded Memory marque la volonté du géant de Santa Clara de s’investir toujours autant sur ce segment.

SPI vs. I²C

Il est important de noter que cette architecture utilise la Serial Peripherical Interface (SPI). Ce bus fut établi par Motorola et est devenu célèbre lorsqu’il fut utilisé dans des microcontrôleurs (tel que le MPC8260) afin d’assurer un lien de données synchronisé en full duplex (à chaque cycle d’horloge, un paquet arrive et un paquet s’en va). Cette interface s’oppose à l’I²C (Inter-Intergrated Circuit) développé par Philips qui propose un débit inférieur cette dernière. L’autre avantage du SPI est son coût puisqu’il ne prend que très peu de place sur un circuit intégré. Enfin, le SPI, est plus adapté que l’I²C lorsqu’il s’agit de gérer un flux de données et non pas seulement la lecture ou l’écriture d’adresses). Tous ces avantages permettent à un composant SPI de simplifier le design des cartes qui intègreront les puces l’utilisant, permettant ainsi de réduire le temps nécessaire pour la commercialisation du produit finale.

Usages

La nouvelle puce d’Intel devrait trouver sa place dans les set-top box, les lecteurs DVD et les équipements réseaux. Intel annonce qu’il est déjà en train de produire des samples et que la production de masse devrait commencer d’ici le quatrième trimestre de cette année.

Cette annonce nous rappelle les rumeurs sur la joint venture entre Intel et STMicroelectronics et qui porterait sur la production de mémoire NOR. Cette rumeur reste toujours d’actualité et il se peut que la situation s’éclaircisse dans les mois à venir.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • Caabale , 8 juin 2006 13:32
    Citation :
    Tous ces avantages permettent à un composant SPI de simplifier le design des cartes qui intègreront les puces l’utilisant, permettant ainsi de réduire le temps nécessaire pour la commercialisation du produit finale.


    Faux : l'I2C, c'est 2 signaux : SCL et SDA a router sur le PCB, bidir et multipoints. En gros, on peut brancher tous les devices sur le meme port I2C.
    Le SPI, c'est du point a point (a verifier), avec un signal de clock (commun), un signal montant, un signal descendant, un chip-select facultatif (mais certainement necessaire pour de la NOR flash), soit 4 signaux a router sur le PCB (et j'en oublie peut-etre)
  • David Civera , 8 juin 2006 13:48
    :heink: 

    Merci pour ta remarque mais je ne comprend pas ton point? Tu veux dire que le SPI n'est pas facile à produire ??? parce que c'est avéré que c'est le cas...
  • dRATOPIC , 8 juin 2006 15:28
    Il a raison, il faut effectivement 4 fils pour le SPI (SDO, SDI, SCLK et CE). Cependant, 4 fils, c'est nettement moins qu'un bus de 8, 16,... bits accompagnés de leur CE, /WR et /RD ;) 
    La connexion SPI est plus rapide car il ne faut pas founir l'adresse de l'esclave étant donné la présence du CE. De plus, l'I2C fonctionne en open-drain, ce qui limite la bande passante à 100 kHz. Le SPI fonctionne en push-pull, ce qui lui permet d'aller dans les MHz (voir plus ??).
    Je suppose qu'ils savent monter encore plus en fréquence sinon ils auraient utilisé un bus parallèle.
  • Afficher les 5 commentaires.
  • Caabale , 8 juin 2006 17:50
    Citation :
    :heink: 

    Merci pour ta remarque mais je ne comprend pas ton point? Tu veux dire que le SPI n'est pas facile à produire ??? parce que c'est avéré que c'est le cas...


    Bah tu dis que ca simplifie le design des cartes d'utiliser du SPI au lieu de l'I2C, et je dis que non, car l'I2C c'est 2 fils alors que le SPI en full duplex, c'est 4. Router 4 fils sur une carte, c'est plus complexe que 2. D'aileurs, je me suis trompe, on peut faire du multipoint avec le SPI, mais il faut un chip-select par device.

    Citation :
    Il a raison, il faut effectivement 4 fils pour le SPI (SDO, SDI, SCLK et CE). Cependant, 4 fils, c'est nettement moins qu'un bus de 8, 16,... bits accompagnés de leur CE, /WR et /RD ;) 
    La connexion SPI est plus rapide car il ne faut pas founir l'adresse de l'esclave étant donné la présence du CE. De plus, l'I2C fonctionne en open-drain, ce qui limite la bande passante à 100 kHz. Le SPI fonctionne en push-pull, ce qui lui permet d'aller dans les MHz (voir plus ??).
    Je suppose qu'ils savent monter encore plus en fréquence sinon ils auraient utilisé un bus parallèle.


    Ah oui, ca par contre, c'est clair que que le SPI est plus rapide (48MHz sur la puce sur laquelle je bosse) par contre, il me semble que l'I2C peut monter a plus de 100KHz...
  • drouvre , 4 juillet 2006 08:26
    La SPI a vu son avènement avec les 8051 en général. David, tu es trop réstrictif en citant ce 8260 ;) 
    Elle est par ailleurs implémentée en dur dans de nombreux DSP et mémoires flash (format SO8) pour gagner des pinoches ;) 

    par contre, faut 4 fils oui