NostalGeek : 1991

1991. Une année clé pour le monde des systèmes d'exploitation : un étudiant finlandais, qui n'aime pas les manchots, annonçait le début du développement (avec la version 0.01) de Linux. Ce système d'exploitation, copié sur Minix, était à l'époque une ébauche de système compatible POSIX. En quelques années, il est devenu très populaire et on le retrouve sur beaucoup de serveurs, mais aussi dans des objets plus exotiques, comme des livres (électroniques).

Du Power chez Apple

C'est aussi en 1991 qu'Apple travaille sur deux « Power ». Le premier est le PowerBook, un ordinateur portable qui va remplacer le très décevant Macintosh Portable. Cette machine, au design révolutionnaire pour l'époque, ne vient pas des équipes d'Apple (qui avaient commis l'affreux Portable) mais de celles de Sony, qui ne produisait pas encore ses Vaio. L'autre « Power », c'est le PowerPC. C'est en 1991 que l'alliance Apple, IBM et Motorola voit le jour pour créer les processeurs PowerPC. Cette nouvelle génération de processeurs RISC a été utilisée par Apple jusqu'en 2006 mais les PowerPC sont encore de la partie aujourd'hui : les trois consoles de salon du moment utilisent toutes un PowerPC comme CPU principal.

Le CD arrive

Alors que Guile, Honda et Vega se battent dans la rue, le CD est à la mode. Entre les lecteurs de CD-ROM et les CD Audio, on retrouve aussi le Mega-CD et le CD-i. Le premier est un boîtier permettant à la MegaDrive de Sega de lire des CD et de proposer des jeux avec de belles musiques et des vidéos en 64 couleurs, le second est une console de jeux à visées éducatives proposée par Philips, qui sera un terrible échec.

La mobilité, on aime

Alors que les robots fondent et cherchent (encore) Sarah Connor, un hérisson bleu court très vite pour trouver des émeraudes. La vitesse et la mobilité sont à la mode et deux produits sont emblématiques de cette époque : la norme GSM et le MiniDisc. Le GSM (la 2G) a été déployé en Finlande en 1991, pour remplacer les anciens systèmes analogiques. Toujours utilisée actuellement, cette norme numérique a été choisie par de nombreux pays comme base pour les réseaux de téléphonie mobile. Le MiniDisc, quant à lui, est en quelque sorte le précurseur du lecteur MP3. Ce système proposé par Sony permettait de stocker 80 minutes de musique sur des disques placés dans une cartouche d'environ 7 cm de côtés. Réinscriptibles à volonté (un avantage sur le CD), les MiniDisc permettaient surtout de produire des baladeurs légers et faciles à transporter, contrairement à ceux qui utilisaient des CD. Sony utilisait l'ATRAC comme codec, un système proche du MP3 (et d'autres codecs) dans sa conception, qui permettait de compresser la musique avec un rapport de 5:1 (environ). Le MiniDisc a été un succès au Japon et a longtemps été utilisé dans le monde de la musique comme système d'enregistrement portable : peu de lecteurs MP3 ont cette fonction et les enregistreurs DAT, plus efficaces, étaient onéreux et fragiles.

Retour en... 1981 - 1982 - 1983 - 1984 - 1985 - 1986 - 1987 - 1988 - 1989 - 1990.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
    Votre commentaire
  • OoxpioO
    les minidisc était surtout inaccessible à l'époque ><
    mais par la suite c'était vraiment le pied.

    Merci pour cette instant de Nostalgeek :d
    1
  • Anonyme
    J'avais que 6 ans quand Linus T. a fait la première version 0.01 !!!!!!!

    Merveilleuse idée cette Nostalgeek ... j'en apprends tout les jours :)
    1
  • deg-tcd
    euh;;; je fais pas souvent ça, d'autant plus que vos articles sont sympas, mais : "des disques d'environ 7 cm de côté"... depuis quand les disques/ronds ont des cotés? un rayon, un diamètre peut être... ;)
    3