Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Intel Pentium E5200 : overclocking

Overclocker les processeurs d'entrée de gamme
Par

Comme celle d’AMD, le process 45 nm employé par Intel a des limites de tension bien connues qui affectent la majorité de ses processeurs. Pour les modèles basés sur l’architecture Core 2, on considère généralement une tension de 1,45 volt comme étant le maximum supportable dans la durée : nous avons déjà vu des ordinateurs de bureau overclockés à 1,45 volt perdre progressivement la majeure partie de leurs capacités sur une période de 3 mois. Les Core 2 s’overclockent bien et supportent en fait des tensions bien plus élevées à court terme, mais le refroidissement et la durée de vie posent problème.

Étant donné que nous préférons que nos configurations overclockées durent au moins plusieurs mois (voire, croisons les doigts, qu’ils nous donnent 1 à 3 ans de bons et loyaux services), nous avons opté pour une tension cible de 1,40 volt à pleine charge et 1,43 volt en pointe hors charge. Étant donné que nous connaissions la tension à l’avance, nous n’avons pas eu à passer par la procédure habituelle, qui consiste normalement à augmenter la tension par étapes jusqu’à atteindre une fréquence qui rend l’ordinateur instable.

La capture d’écran ci-dessous illustre nos paramètres finaux : notons pour les utilisateurs de la carte-mère P45 Diamond que le réglage mémoire que nous avons utilisé nécessite le déplacement d’un cavalier. Plus d’infos sur cette même page.

Mis à part pour les modèles Extreme Edition, Intel n’autorise pas la modification à la hausse du coefficient multiplicateur du processeur. Le Pentium E5200 possédant un multiplicateur plafonnant à 12,5x et un FSB dont la fréquence d’horloge est réglée sur 200 MHz (FSB-800 grâce à la technologie QDR), la seule manière de dépasser les 2,50 GHz est donc de toucher au FSB. Sachant que ce processeur doit au moins pouvoir atteindre les 3,60 GHz avec un refroidissement par air, nous avons donc réglé le FSB sur la valeur standard suivante, à savoir 266 MHz (FSB-1066). L’ordinateur a démarré normalement et a passé avec succès un test de 40 minutes sous Prime95 v25.8 build 4. CPU-Z a toutefois indiqué une chute de tension à 1,38 volt en charge, raison pour laquelle nous avons fait passer le paramètre « CPU Voltage (V) » du BIOS (voir deuxième capture d’écran ci-dessus) à une valeur de 1,4132 volts, ce qui nous a donné des valeurs réelles de 1,424 volt au repos et 1,408 volt à pleine charge.

La MSI P45 Diamond prend en charge la plupart des fréquences possibles pour le FSB, mais nous savions que le chipset serait bien plus stable si nous nous confinions aux valeurs standard préconisées par Intel. Notre tentative suivante, le FSB-1333 (horloge cadencée à 333 MHz), ne nous permettait pas de démarrer correctement : nous obtenions soit un écran noir, soit une réinitialisation après le POST. C’est lorsque nous sommes repassés à 320 MHz et que nous avons remarqué que cette fréquence fonctionnait « la plupart du temps » que nous nous sommes rendus compte que notre problème de mémoire était causé par le tristement célèbre problème de bootstrap d’Intel

La P45 Diamond ne possède pas de paramètre « bootstrap » dans le BIOS, mais permet de régler la vitesse de bus détectée à l’aide de deux cavaliers. D’après le manuel, déplacer ces deux cavaliers de la position 1-2 à la position 2-3 doit permettre de détecter un processeur au FSB cadencé à 200 MHz comme étant cadencé à 333 MHz.Nous avons donc suivi ces instructions et, de fait, avons ainsi réglé le problème de rapport mémoire/FSB et de stabilité au démarrage.

Cependant, si le système démarrait bien à 333 MHz, le test de stabilité n’était pas concluant ; pour conserver la valeur standard de 333 MHz, nous avons donc dû faire repasser le coefficient multiplicateur à 12x.

La fréquence de 12 x 333 MHz s’est révélée stable lors d’un test d’une heure sous Prime95.Même chose pour 338 MHz. Fort de notre succès, nous avons donc continué à augmenter progressivement la fréquence du FSB et à vérifier la stabilité du système, jusqu’à ce que nous nous rendions compte que la fréquence maximale en conditions stable était 4,1 GHz, soit 12 x 342 MHz.

Mémoire

Étant parvenus à overclocker le processeur de 64 %, un résultat particulièrement appréciable, nous nous sommes mis à la chasse aux performances mémoire, toujours en restant à la tension de 1,65 volt recommandée par le fabricant. Malheureusement, Intel limite le coefficient multiplicateur de la DRAM à 2 x la fréquence du FSB, ce qui signifie que notre mémoire ne dépassera jamais les 684 MHz (342 x 2), soit un débit équivalent à DDR3-1368.

Nous avons alors tenté de trouver les latences les plus faibles afin de réduire le temps de réponse ; pour ce faire, nous avons utilisé l’outil de test Memtest86+ v1.70 de la même manière que nous avions utilisé Prime95 pour les tests processeur. Comme le contrôleur mémoire faire partie du northbridge, nous avons fait quelques essais avec le paramètre « MCH Voltage » du BIOS (voir deuxième capture d’écran ci-dessus) jusqu’à ce que nous nous rendions compte que toute valeur supérieure à 1,352 volt n’apportait aucune amélioration.