thyroid
Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

AMD Phenom II X2 550 : overclocking

Overclocker les processeurs d'entrée de gamme
Par

Nous suivons d'assez près le monde de l’overclocking et, depuis le lancement du core Deneb en hiver dernier, nous avons trouvé plusieurs overclockeurs qui utilisent le processeur 45 nm d’AMD à des tensions comprises entre 1,50 et 1,56 volts. Une telle tension est bien supérieure à celle employée sur les modèles Intel, mais pour des raisons de sécurité, nous avons décidé de ne pas pousser la configuration au-delà de 1,50 volt (à quelques millivolts près) à pleine charge, et ce, afin de tenter de ne pas dépasser les 1,55 volts en pointe.

AMD édite un logiciel d’overclocking nommé AMD OverDrive Utility, qui permet de modifier les paramètres les plus importants directement sous Windows. Bien que celui-ci puisse s’avérer utile pour déterminer les limites fonctionnelles du processeur, la plupart des utilisateurs préféreront rendre ces modifications semi-permanentes via le BIOS.

En matière d’overclocking, la méthode traditionnelle consiste à augmenter la vitesse d’horloge par paliers et à vérifier la stabilité du système à chaque étape, jusqu’à ce que ce dernier ne réponde plus de manière satisfaisante. On accroît alors la tension pour retrouver un système stable, et on recommence à augmenter la vitesse d’horloge jusqu’à ce qu’on atteigne une limite thermique (le processeur devient trop chaud) ou une vitesse plafond (où l’augmentation de la tension n’aide plus). Une simple recherche démontre que la plupart des exemplaires du Phenom II X2 550 sont parfaitement capables de supporter des tensions supérieures à la limite que nous nous sommes fixées. Pour cette raison, nous sommes directement passés à la tension cible et avons tenté de déterminer la vitesse maximale à laquelle le système pouvait y fonctionner de manière stable. Les captures d’écran suivantes montrent les résultats de nos efforts dans le BIOS. Voyons comment nous y sommes arrivés.

AMD atteint la fréquence d’horloge de base du X2 500, à savoir 3,10 GHz, en multipliant la fréquence du bus HT, 200 MHz, par un coefficient de 15,5x. Le BIOS de la carte-mère MSI désigne la fréquence du bus HT par « CPU FSB frequency », ce qui est techniquement inexact, AMD insistant bien sur le fait que l’HyperTransport n’est pas un FSB. Étant donné que le processeur dont nous disposons est un Black Edition, la majeure partie de nos tentatives d’overclocking consistera à augmenter le coefficient multiplicateur (pour rappel, 15,5x au départ).

Dans le BIOS MSI, « CPU VDD Voltage » désigne la tension de base à laquelle le processeur est censé être détecté, tandis que le paramètre « CPU Voltage » sert à régler plus finement la tension en charge. Nous avons commencé avec le paramètre « CPU VDD Voltage » réglé sur 1,50 volt et la tension de la mémoire (« DRAM Voltage ») réglée sur le 1,65 volt recommandé par le fabricant. Nous avons alors fait passer le coefficient multiplicateur du processeur (« Adjust CPU Ratio » dans notre BIOS) à 16x.

Nous utilisons Prime95 pour le test de stabilité. Notons que la version v25.8 build 4 (pour Windows 64 bits) permet de tester simultanément tous les cores du processeur, ce qui est particulièrement pratique.Le menu de l’application propose différents types de tests ; l’option « Small FFTs » met bien la pression sur le processeur sans trop pousser la mémoire.

Après environ 20 minutes à ce régime, nous avons redémarré l’ordinateur, fait passer le multiplicateur à 16,5x, retesté le système sous Prime95, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’ordinateur finisse par nous lâcher à 18,5x. Le programme de détection CPU-Z nous a alors indiqué que la tension du core tombait à 1,48 volt ; nous sommes donc retournés dans le BIOS et avons augmenté la valeur du paramètre « CPU Voltage » de 0,020 volt (1,520 volt) pour compenser.

Après un redémarrage, le coefficient 18,5x s’est révélé stable sous Prime95. Nous avons donc poursuivi notre expérience par paliers de 0,5x jusqu’à ce que le système plante à nouveau, à 21x.

Puisque nous avions déjà atteint notre tension cible, nous avons ramené le coefficient (paramètre « Adjust CPU Ratio » du BIOS) à 20,5x et avons laissé tourner le test de stabilité plus longtemps. Nous avons assisté à un nouveau crash après trois quarts d’heure ; même chose avec un coefficient multiplicateur de 20x.

Augmentation de la fréquence du bus HT

Une fois le paramètre « Adjust CPU Ratio » ramené à 19,5x, le système fait tourner Prime95 de manière stable des heures durant. Sachant que nous pouvions atteindre 19,5 x 200 mais pas 20 x 200, nous avons alors commencé à accroître la fréquence d’horloge du bus HyperTransport (le « 200 » en question). Via le paramètre « Adjust CPU FSB Frequency (MHz) » du BIOS, nous avons obtenu un système stable durant un test d’une heure à 202 MHz. Le passage à 204 MHz a fait planter le système en 45 minutes environ, et le retour à 203 MHz ne nous accordé qu’un quart d’heure de stabilité supplémentaire sous Prime95. Nous sommes donc repassés à 202 MHz.

Bien que le logiciel AMD OverDrive Utility autorise certains réglages d’overclocking, nous l’avons essentiellement utilisé comme moniteur de température durant les tests. Notons que la tension affichée par cette application correspond au paramètre « CPU VDD Voltage » du BIOS MSI, et non au « CPU Voltage ».

Remarque à l'intention des possesseurs de processeur non « Black Edition » : pour overclocker un processeur AMD qui n’autorise pas l’augmentation du multiplicateur, il est nécessaire d’augmenter la fréquence de bus HT de manière bien plus importante. La hausse de débit finira par noyer le lien HT interne du processeur, mais l’utilisation du paramètre « Adjust CPU-NB Ratio » du BIOS pour réduire le multiplicateur de données peut dans une certaine mesure pallier à ce problème. En règle générale lorsqu’on overclocke un processeur AMD verrouillé, il est conseillé de conserver le « data rate » du lien HyperTransport (qui se trouve sous les paramètres réglables dans le BIOS MSI) dans une fourchette de 5 % par rapport à sa valeur de base.

Mémoire

Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’un guide d’overclocking de la mémoire, nous avons tout de même voulu optimiser les performances de nos barrettes. Notre mémoire Kingston est de la DDR3-2000, mais en pratique, la fréquence d’horloge externe de la DRAM disponible sur un système AMD est égale à un maximum de 4 fois la fréquence du bus HT. Avec une horloge HT cadencée à 202 MHz, on obtient donc une fréquence externe de 808 MHz (4 x 202) pour la DRAM, et donc une fréquence de données de 1 616 MHz en raison du double channel (voir « FSB/DRAM Ratio » sur la première capture d’écran du BIOS, ci-dessus).

Comme indiqué précédemment, nous avions réglé le paramètre « DRAM Voltage » (voir deuxième capture d’écran ci-dessus) sur la valeur recommandée par le fabricant, à savoir 1,65 volt, mais il est bien souvent possible d’accroître la stabilité en augmentant la tension du contrôleur mémoire (c’est-à-dire le paramètre « CPU DDR-PHY Voltage » sur la même capture d’écran). Sachant que notre DRAM était quoi qu’il arrive limitée à 1 616 MHz, nous avons utilisé ce surcroît de stabilité pour réduire les latences et le délai d’attente entre opérations.

Partant des timings CL-tRCD-tRP-tRAS de base, soit 8-8-8-20, nous avons suivi la même procédure que pour l’overclocking du processeur et avons réduit chaque paramètre jusqu’à obtention des valeurs stables minimales. Pour les tests de stabilité mémoire, nous avons fait appel au CD bootable de Memtest86+ v1.70.