Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Overclocker les processeurs d'entrée de gamme

Overclocker les processeurs d'entrée de gamme
Par

L’overclocking est un ensemble de méthodes visant à rendre des composants plus rapides que ne l’a prévu le fabricant à l’origine. À une époque guère plus qu’un hobby pour les geeks les plus endurcis et les utilisateurs à la recherche de bonnes affaires, l'overclocking est devenu une manière (parfois la seule possible) pour les férus de performances d'obtenir le système dont ils ont réellement besoin ou envie. Au vu des avancées technologiques qu’ont connu ces dernières années la mémoire et les cartes graphiques, le processeur est en effet en train de devenir, dans de nombreux ordinateurs haut de gamme, le second goulot d’étranglement (après le disque dur).

La majorité des overclockeurs utilisent des CPU issus du segment « milieu de gamme », pour la simple et bonne raison que les consommateurs ne peuvent en règle générale pas se permettre d’acheter les meilleurs composants disponibles sur le marché. Il existe cependant deux grands groupes d’overclockeurs : ceux qui désirent plus de performances que le marché ne peut en fournir, et ceux qui désirent plus de performances qu’ils n’ont les moyens de se payer.

Tom’s Hardware n’hésite jamais à tester ni à overclocker les tous derniers composants haut de gamme, mais aujourd'hui, nous allons suivre une approche quelque peu différente et nous concentrer sur des processeurs à la portée de la majorité des bourses : les Phenom II X2 et X4 du côté d’AMD, et les Pentium dual-core et les Core 2 Quad d’entrée de gamme du côté d’Intel.

Réduire les risques

Toutes les machines s’usent avec le temps, plus encore lorsqu'on fait tourner un composant au-delà des spécifications techniques prévues. En électronique, la plus grande source d’usure est un phénomène nommé électromigration, par lequel les électrons en mouvement d’une structure se transfèrent peu à peu dans la structure adjacente sous l’effet d’un courant électrique. Les facteurs les plus susceptibles de causer ce phénomène sont les hausses de température et de tension, mais les limites tolérées varient en fonction du matériau, de la technologie employée pour la production du composant et de la durée de vie attendue de celui-ci.

L’augmentation de la tension permet de faire passer un signal plus fort d’un composant à l’autre, de réduire la perte de signal provoquée par l’overclocking et donc de faire fonctionner les composants à une fréquence plus élevée. Dans cet article, nous testerons la stabilité de tous les composants, vous indiquerons les tensions et températures maximales que nous considérons comme tolérables et tenterons de déterminer la durée de vie que nous pouvons raisonnablement attendre des éléments overclockés.