Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Socket LGA 1156 + chipset P67

ASRock P67 Transformer : compatible LGA 1156 !
Par

Pour minimiser les coûts, l’espace occupé et l’énergie consommée par son nouveau P67, Intel a décidé d’intégrer directement au chipset le générateur d’horloge que l’on trouve généralement à part sur la carte-mère, ce qui ne manque pas de poser problème aux overclockeurs dans la mesure où il est maintenant impossible de déverrouiller séparément le ratio d’autres composants comme les contrôleurs USB 2.0 ou SATA 6 Gbits/s. Par conséquent, tout overclocking du BCLK modifie également la fréquence d’autres sous-systèmes qui risquent fortement de ne pas apprécier la manœuvre. Pour plus d’informations sur l’overclocking des Sandy Bridge, consultez notre article Intel Core 2000 : le test des Sandy Bridge. Pour overclocker un processeur Sandy Bridge, il est donc actuellement indispensable d’opter pour un modèle Extreme Edition ou K, qui coûte naturellement plus cher qu’un modèle conventionnel.

Pourtant, en dehors de l’absence de générateur d’horloge séparé, l’interface DMI du P67 est absolument identique à celle du P55 ; le signal est identique. Sachant cela, ASRock a décidé d’ajouter un PCH de P67 à un carte-mère P55 classique. Pour les fans de la marque, le résultat est des plus familiers, la P67 Transformer ressemblant énormément à la H55 Extreme3.

Quand il s’agit de combiner différentes générations de matériel, ASRock est généralement le premier arrivé et le dernier parti : après tout, il s’agit d’une société qui, d’une part, est parvenue à offrir avant toutes ses concurrentes des ports USB 3.0 en face avant, mais d’autre part, vient seulement d’abandonner le port disquette (au grand dam des utilisateurs de Windows XP, d’ailleurs ; celui-ci facilitait en effet l’installation des pilotes AHCI). Notons que le port Ultra ATA est toujours présent. Nous devons bien avoir un lecteur LS-120 qui traîne quelque part dans le labo pour l’utiliser…

L’élément qui manque le plus à la P67 Transformer est la prise en charge d’une deuxième carte graphique PCI Express x16 en SLI ou en CrossFire. Au lieu de cela, on trouve un connecteur PCI Express vers PCI ASMedia ASM1083 ; hé oui, avec le P67, Intel a abandonné la prise en charge du PCI première génération. La carte-mère dispose par ailleurs d’orifices de montage pour ventirads LGA 775, ce qui devrait faciliter la mise à niveau des vieilles machines, pour autant que l’OS soit fourni avec des pilotes AHCI ou RAID. Pour les aficionados de Windows XP, il reste toujours la possibilité d’intégrer les pilotes du contrôleur de la P67 à une copie du CD d’installation.