Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

ASRock P67 Transformer : compatible LGA 1156 !

ASRock P67 Transformer : compatible LGA 1156 !
Par

Lancé fin 2009, le socket Intel LGA 1156 est à la fois loué pour ses performances et honni pour son incompatibilité totale avec la plateforme LGA 775. Certes, il permet aux amateurs moins fortunés d’enfin bénéficier de l’architecture Nehalem, mais s’accompagne d’une interminable série de petits désavantages.

Premièrement, le contrôleur PCI Express 2.0, intégré au processeur, affiche une latence inférieure à celle de ses prédécesseurs, intégrés au chipset, mais ne dispose que de 16 lignes à pleine bande passante, soit deux périphériques. Deuxièmement, les huit lignes soi-disant PCI Express 2.0 émanant du PCH du P55 ne fonctionnent qu’à mi-vitesse, soit 2,5 Gbits/s. Au départ, nous pensions que cette limitation visait à éviter que cette plateforme ne soit utilisée avec des cartes RAID 4x afin de ne pas marcher sur les plates-bandes du chipset X58, mais en pratique, cela divise surtout par deux la vitesse maximale des contrôleurs SATA 6 Gbits/s et USB 3.0.

Curieusement, la seule réponse à ce problème est venue de chez AMD, le rival de toujours d’Intel. Les chipsets milieu de gamme du fabricant proposaient déjà des lignes PCI Express 2.0 en trop avant l’annonce du P55, ce qui signifie que ses vieilles cartes-mères permettaient déjà d’utiliser correctement les contrôleurs USB 3.0 et SATA 6 Gbits/s. AMD a même conçu un nouveau southbridge avec SATA 6 Gbits/s intégré.

Mais le pire est probablement le fait qu’en tant que développeur de l’USB 3.0, Intel devait être conscient des problèmes de bande passante avant même de commencer à concevoir la plateforme LGA 1156. Bien que cette dernière offre d’excellente performances processeur et mono-GPU, les limites dont souffre le chipset P55 restent conséquentes.

Fort heureusement, ce chapitre de l’histoire d’Intel est sur le point d’être clos. Le rôle des utilisateurs n’y est d’ailleurs pas étranger : ceux-ci ont en effet mis la pression sur le fondeur pour qu’il active la prise en charge du SATA 6 Gbits/s sur ses produits milieu de gamme, et cela a fonctionné.

Le nouveau PCH P67 Express d’Intel améliore non seulement les performances des disques durs, mais également le débit de l’interface DMI via PCI Express, ce qui permet à au moins quatre des huit lignes PCI Express 2.0 de fonctionner simultanément et à 100 % de la bande passante. Par conséquent, les contrôleurs USB 3.0 pourront enfin atteindre leur plein potentiel et les cartes contrôleurs PCI Express 2.0 x4 pourront enfin être directement prises en charge par certaines cartes-mères.

Et pourtant, comme toujours, il y a un hic : Intel voudrait vous faire croire que, pour profiter de ce nouveau chipset, vous avez besoin d’un nouveau processeur. ASRock ne l’entend toutefois pas de cette oreille.