Peut-on casser un mot de passe avec une carte graphique ?

Quand on n’utilise pas le même mot de passe sur tous les sites/programmes, il n’est pas facile de tous les connaître par cœur. Fort heureusement, il existe presque toujours une procédure de récupération relativement facile lorsque l’on a un trou de mémoire, ce qui n’est malheureusement pas le cas des fichiers numériques et notamment les archives comme nous en avons récemment fait l’expérience.

Rappelons qu’il y a de nombreux moyens de protéger ses données : TrueCrypt est par exemple un excellent logiciel libre pour chiffrer des informations, d’autant plus qu’il supporte maintenant les instructions AES-NI. Pourtant, le chiffrement des archives est encore la solution la plus répandue.

Le niveau de sécurité est parfois mal compris : pour peu que l’on soit paranoïaque en matière de protection, on choisit le chiffrement le plus complexe en pensant que c’est aussi le plus sûr. L’AES-256 devrait donc être supérieur à l’AES-128 et pourtant, le problème est plus subtil. On peut représenter le chiffrement comme un gros coffre-fort : son épaisseur est gage de sécurité … tout comme la clé qui permet de l’ouvrir. La longueur et la complexité du mot de passe sont donc deux critères à ne surtout pas négliger.

Une majorité de gens estiment qu’un mot de passe contenant huit caractères suffit à tenir les hackers à distance, ce qui n’est pas tout à fait vrai comme nous allons le voir.