Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Les autres réglages (autofocus et mesure de lumière)

Comment régler son appareil photo numérique ?
Par

L’autofocus

Sur certains appareils, il est possible d’agir un peu sur la manière dont s’effectue la mise au point. Il existe généralement deux modes, l’autofocus ponctuel et l’autofocus continu. Le ponctuel est celui que l’on a l’habitude d’utiliser, la mise au point est faite lors de l’appui à mi-course sur le déclencheur, et reste vérouillée tant qu’il n’est pas relaché. C’est le mode que l’on utilise la plupart du temps, et qui fonctionne relativement bien. Attention cependant au collimateur utilisé par l’appareil photo s’il en possède plusieurs. En mode automatique, c’est l’appariel qui détecte ce qu’il pense être le sujet, au risque parfois de se retrouver avec celui-ci flou alors que le fond est net !

Erreur de mise au pointMise au point correcte

L’autre possibilité est l’autofocus continu. Avec ce mode, la mise au point n’est pas fixe, et change à chaque instant. Son utilisation est généralement justifiée en sport, où le sujet est mobile, et la mise au point doit être renouvelée à chaque instant. Là encore, il faut bien faire attention au collimateur utilisé, pour qu’il soit toujours sur le sujet et ainsi éviter les .erreurs de mise au point.

La mesure de lumière

Généralement, l’appareil photo mesure la lumière sur l’ensemble de l’image, sur plusieurs points réparti dans le cadre. C’est ainsi qu’il arrive à déterminer la bonne exposition. Il s’agit de la mesure matricielle ou évaluative (l’appellation est différente pour chaque marque). Si l’exposition proposée est souvent correcte, il arrive parfois que la mesure soit faussée par une différence d’éclairage important entre le fond et le sujet, ou de conditions de lumière délicates.

La partie sombre trompe la mesure

Plusieurs possibilités sont alors envisageables pour corriger le problème. Le premier est d’utiliser la fonction de sous ou sur-exposition. Par exemple, il est admis que lors d’une prise de vue d’un paysage enneigé, l’appareil tente de sous-exposer l’image en voyant tout ce blanc éclatant. On peut donc empêcher cette erreur en lui appliquant une correction d’exposition de +1 IL (une valeur d’intensité lumineuse, soit un diaphragme). Attention, les appareils modernes ont fait de grands progrès et les cellules ne sont pas toujours mises en défaut, même dans des situations piégeuses, il faut donc tester pour savoir si l’appareil gère bien le problème.

L’autre possibilité est de modifier, si le réglage est disponible, le mode de mesure de lumière. Au lieu de prendre la mesure sur l’ensemble de l’image comme la matricielle, on peut donner plus d’importance au centre de l’image, en prenant tout de même en compte le reste de l’image. A l’extrème, la mesure spot permet une mesure de lumière sur un point unique de l’image. C’est une mesure délicate à prendre en main, dont les applications dans la vie de tous les jours est rare. L’exemple typique est une scène de concert, où seul le chanteur est éclairé. Dans ce cas une mesure spot sur lui permet d’obtenir une exposition correcte sur l’ensemble de l’image.

La dernière possibilité est d’utiliser la mémorisation d’exposition, en visant la partie que l’on souhaite exposer correctement. C’est une fonction généralement présente sur les reflexs, mais que l’on retrouve sur certains compacts. Cette fonction est parfois également disponible pour ajuster l’éclair du flash au sujet.