Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

En situation : le paysage et le portrait

Comment régler son appareil photo numérique ?
Par

Voyons désormais quels sont les réglages de base pour quelques situations type. Il ne s’agit bien sûr que de réglages types qu’il est tout à fait possible de contourner si la situation s’y prête.

Quelques conseils cependant avant de commencer : généralement les performances optiques d’un objectif sont meilleures un ou deux diaphragmes après son ouverture maximale. Sans contrainte importante (profondeur de champ minimale ou au contraire maximale, ou conditions de lumière particulières), il est donc préférable de se placer à l’ouverture donnant la meilleure qualité possible. Au sujet de la sensibilité, l’image est de meilleure qualité à la sensibilité la plus basse, et se dégrade après. Là encore, si les conditions le permettent, il vaut donc mieux rester à cette sensibilité. Au niveau de la vitesse, il est admis que pour obtenir des photos nettes, il faut se mettre à une vitesse correspondant à 1/focale. Pour une focale de 28mm, on pourra donc obtenir une photo nette à 1/30s, tandis qu’il faudra 1/200s pour une focale de 200mm.

Le paysage

Pour faire de la photo de paysage, il est bon d’utiliser un trépied dès que la situation le permet. En effet, il offrira l’accès aux basses sensibilités, pour obtenir une image la plus propre possible, sans se soucier de la vitesse nécessaire. De plus, on recherche généralement une profondeur de champ la plus grande possible, pour que tous les détails du paysage soient nets, donc une petite ouverture. L’utilisation du trépied permet en outre de faire plus attention à l’horizon, souvent penché lors d’une photo à main levée.

Photo de paysage

Les réglages les plus courants sont donc :

  • une sensibilité faible (80 ou 100 ISO par exemple)
  • une petite ouverture (f/8 sur les compacts, f/16 sur un reflex)
  • l’utilisation d’un trépied, pour perfectionner son cadrage, et ne pas se soucier de la vitesse

Le portrait

Le portrait est une discipline assez appréciée en photographie. Encore plus que pour du paysage, les règles ne sont absolument pas immuables, et une infinité de variations sont possibles autour du sujet.

On recherchera généralement à détacher le sujet du fond, en utilisant la plus grande ouverture possible. Même si la qualité optique n’est pas optimale, la douceur qui en résulte n’est pas forcément un mal pour ne pas faire ressortir les imperfections de la peau. Afin de réduire encore la profondeur de champ, il est possible d’utiliser son appareil à une longue focale. Pas forcément en bout de zoom, où la qualité se dégrade souvent, mais à une valeur intermédiaire.

Avec un reflex, la profondeur de champ est réduite

Pour la sensibilité, tout dépendra de la lumière disponible. En intérieur, il faudra sans doute l’augmenter un peu, pour aller jusqu’à 200 ou 400 ISO. Si le bruit généré est très visible et désagréable sur une photo en couleur, un passage en noir et blanc peut attenuer son importance, en rappelant le grain argentique.

En résumé :

  • une grande ouverture, pour une petite profondeur de champ
  • une sensibilité faible ou moyenne, avec un passage en noir et blanc s’il faut trop l’augmenter
  • l’utilisation d’une longue focale, pour la profondeur de champ et la perspective