Le MIT a une solution pour éviter le pourrissement des logiciels

Photoshop a fêté ses 25 ans cette année.Photoshop a fêté ses 25 ans cette année.

Une équipe du MIT a mis au point un programme capable de moderniser et optimiser automatiquement le code des vieux logiciels. Testé sur des filtres de Photoshop, il a permis d'accélérer le traitement de 75 %.

On a l'habitude mettre à jour ses logiciels pour profiter des fameuses"diverses améliorations de performances et de stabilité" que promettent les notes de version. Mais les développeurs font face à un problème plus aigu, le code rot, ou pourrissement du code. À mesure qu'un logiciel vieillit, il se trouve de plus en plus en décalage avec les dernières évolutions techniques, il n'utilise pas les capacités des derniers composants ni les outils des nouvelles API etc. Au bout d'un moment, il faut reprendre tout ou partie du programme pour le moderniser. Cette tâche ingrate et chronophage pourrait bientôt appartenir au passé grâce à l'approche novatrice développée au sein du projet Helium.

Plutôt que tout reprendre à la main, les équipes travaillant sur Helium ont créé des algorithmes capables d'analyser du vieux code binaire pour en extraire la fonction essentielle et la réécrire dans un langage de haut niveau. Ceci fait, il est alors facile de recompiler de manière optimale pour du nouveau matériel.

Le concept a été testé sur les programmes Photoshop et Irfanview. Onze filtres de Photoshop ont été analysés puis réécrits dans Halide un nouveau langage spécifiquement optimisé pour le traitement d'image. Le gain moyen a atteint 75 %. Sur Irfanview, le résultat est encore meilleur : x 4,97.

Adobe est évidemment ravi de ces recherches, qui pourraient lui faire gagner un temps fou sur la maintenance de son logiciel phare vieux de 25 ans. Reste maintenant à voir si Helium pourrait être appliqué à d'autres domaines que le traitement d'image.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire