Un écran OLED déformable en plastique chez Apple

Apple a déposé une demande de brevet portant sur l’utilisation d’un écran OLED flexible déformable capable de donner l’impression que l’utilisateur touche de vrais boutons en trois dimensions. Ce brevet est intéressant, car il regroupe plusieurs technologies qui sont sur le point d’être commercialisées.

Une preuve que les relations entre Samsung et Apple continuent d’être complexes

2012 est censé être l’année où Samsung commercialisera son premier smartphone utilisant un écran OLED flexible (cf. « Samsung produit des OLED flexibles en masse »). Apple n’a pas encore fait le pas de l’OLED, mais il continue de multiplier les brevets portant sur cette technologie (cf. « La luminosité des pixels OLED selon Apple »). C’est un signe qu’il continue de l’étudier dans ses laboratoires.

C’est aussi une preuve que son partenariat avec Samsung, qui est le seul à pouvoir produire des OLED flexibles en grande quantité, est toujours important. Malgré les procès entre les deux, ils restent de grands partenaires technologiques, ce qui pourrait en partie expliquer l’investissement de Samsung dans des projets tels que Tizen (cf. « Le 1er prototype Tizen de Samsung : Android a du souci à se faire »).

Apple continue de privilégier les innovations portant sur les écrans.

L’autre aspect intéressant de ce brevet et l’utilisation d’une dalle déformable de type haptique. Cela signifie qu’elle peut vibrer et se déformer pour donner l’impression que l’on appuie sur un vrai bouton ou une surface particulière. Nous n’avons pas encore croisé de démonstrations technologiques au cours d’un salon, mais de nombreuses rumeurs juste avant la sortie du nouvel iPad affirmaient qu’Apple comptait sortir une tablette utilisant cette technologie. Senseg serait l’un des acteurs les plus importants de cette innovation.

Enfin, ce brevet est caractéristique de la stratégie d‘Apple qui donne beaucoup d’importance à l’écran. Il fut le premier à introduire un écran de plus de 300 ppp sur un smartphone et il a renouvelé l’expérience avec l’écran Retina de l'iPad. Les dernières informations en provenance de Cnet, qui cite DisplayMate, est qu’Apple aurait voulu utiliser la technologie IGZO de Sharp (cf. « IGZO : des écrans consommant 90 % d’énergie en moins »), mais qu’elle n’était pas encore prête pour la sortie de l’iPad 3. C’est une supposition fort possible qui expliquerait les gros investissements d’Apple dans la compagnie japonaise (cf. « Apple investirait 1 milliard de $ dans Sharp »).

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
    Votre commentaire
  • Je persiste à ne pas comprendre le principe de l'haptique... Ca fait des années que mon HTC vibre quand j'appuie sur un bouton...
    0
  • Il ne s'agit pas que de faire vibrer le terminal, mais de déformer la zone du bouton pour le mettre en relief.

    En fait, on a tout fait pour virer les boutons physiques et maintenant, on rêve de les recréer, mais de manière virtuelle, donc pas nécessairement figés à une position bien définie, mais fonction du contexte d'utilisation. M'enfin, ça, c'est si j'ai bien compris ! :lol:
    2
  • Encore un brevet Apple qui porte sur du vent.
    Ils ne sont PAS capable de concevoir un écran, ça devrait leur être interdit de poser un brevet sans avoir les ingénieurs ou les moyens de le faire en labo!
    2