Le Raspberry Pi peut-il... être overclocké [MAJ]

Commençons notre série d'actualité par un point que les geeks vont apprécier : peut-on overclocker le Raspberry Pi ? La réponse est oui. Le SoC Broadcom BCM2835 monte assez facilement en fréquence.

Un SoC à 700 MHz

Le BCM2835 est un SoC ARM assez classique, qui intègre un core ARM11 à 700MHz et un GPU Broadcom VideoCore IV à 250 MHz. La mémoire, de la LPDDR2, est cadencée à 400 MHz. Vu la consommation assez faible des puces ARM, il est généralement possible d'overclocker le CPU, et c'est le cas sur le Raspberry Pi. Selon les cas, il est possible d'atteindre 1 GHz pour le CPU et 500 MHz pour la mémoire, ce qui est un gain intéressant. 

Nos tests

Nous avons donc essayé d'overclocker le Raspberry Pi, avec succès. Contrairement à un PC classique, pas besoin de passer dans le BIOS, il n'y a pas de firmware sur le Raspberry Pi. Le fonctionnement est donc simple : un fichier de configuration dans lequel il suffit d'indiquer la fréquence de la mémoire, du GPU et du CPU. Pour tester, nous avons choisi un programme dépendant de la fréquence du CPU, du GPU et de la mémoire : Quake 3 Arena. 

S'il est possible de changer la tension applique aux différents composants, nous ne l'avons pas faits : le Raspberry Pi est suffisamment rare que pour éviter de le détruire...

Au niveau du CPU, nous avons atteint 910 MHz (stable) au lieu de 700 MHz à l'origine. Le système démarre à 945 et 980 MHz mais le lancement de Quake 3 Arena plante la machine. Pour la RAM, nous avons atteint 480 MHz (« DDR2-960 ») au lieu de 400 MHz. La machine démarre à 500 MHz mais plante sous Quake 3 Arena et ne démarre pas à 520 MHz. Enfin, le GPU a atteint 400 MHz lors de nos tests (à 425 MHz le jeu plante) au lieu de 250 MHz, ce qui est intéressant. Pour stabiliser les trois overcloking simultanément, nous avons du nous contenter de 910 MHz, 375 MHz et 480 MHz quand tous les composants sont overclockés.

De base, Quake 3 Arena tourne à 17,5 fps en 1080p, une fois l'ordinateur overclocké, on atteint 23,4 fps, ce qui est appréciable comme gain. Dans un prochain « Le Raspberry peut-il... », nous parlerons un peu plus de Quake 3 Arena.

Au final, il est intéressant de voir qu'il y a une certaine marge de manoeuvre au niveau de la puce de Broadcom. Le SoC ne chauffe que très peu, même sans radiateur, et il devrait être possible de stabiliser le CPU à 1 GHz en augmentant la tension de fonctionnement, ce que nous ferrons une fois que nos autres tests auront été effectués.

MAJ : suite à quelques questions, voici nos remarques.

Pour overclocker, il faut modifier le fichier config.txt, accessible dans le dossier boot. Il faut ensuite ajouter les valeurs suivantes : arm_freq pour le processeur, gpu_freq pour le GPU et sdram_freq pour la mémoire. D'autres valeurs sont données sur le wiki de la fondation.

Attention aussi à un point : s'il est possible d'augmenter la tension, cette modification fait sauter la garantie de la carte. La fondation explique que le changement de tension modifie définitivement un bit dans les registres du SoC, ce qui permet de détecter que la tension a été modifiée.

Quand aux performances qui peuvent paraître faibles face à certains appareils actuels, il faut bien prendre en compte que l'on parle d'une plateforme valant 35 $ et qui consomme 3,5 W dans le pire des cas...

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
    Votre commentaire
  • 0smanaslan
    Comment vous le faites démarrer s'il ne boot pas avec le fichier de config à 520Mhz? Y'a un truc pour le remettre en config d'usine ou option "fichier de conf précédent"?
    0
  • dandu
    Suffit de changer la valeur depuis un autre ordinateur, c'est sur la darte SD et les fichiers de boot sont sur une partition en FAT16, donc accessible depuis n'importe quel système
    5
  • fabcool
    Ah, j'aime cet article qui me rappelle les débuts de présence pc...
    2