Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Un satellite piraté pendant la finale de l'Euro 2012 [MAJ]

Par - Source: Le Soir | B 10 commentaires
Thèmes :

Selon la RTBF — une chaîne de télévision belge — une tentative de piratage (sans plus de précisions) a bloqué la diffusion de la finale de l'Euro 2012 au moment du premier but de l'Espagne, vers 21 heures. Certaines chaînes de télévision européennes, dont la RTBF, ont donc affiché un écran noir pendant quelques minutes.

La RTBF utilisait le satellite Eutelsat 10A pour récupérer les images avant de les diffuser et ce dernier a subi plusieurs attaques pendant la finale, visiblement pour récupérer le flux et le diffuser sur Internet. En France, TF1 n'a pas subi de désagréments pour une raison simple : la chaîne utilisait un autre satellite (Globalcast). En Belgique, la RTBF a du basculer sur un autre signal (issu d'Eutelsat 7A) pour continuer à diffuser le match.

Nous avons contacté Eutelsat pour obtenir quelques détails sur le sujet.

MAJ : Voici la réponse d'Eutelsat : « Nous avons constaté des interférences lors de la retransmission effectuée par le satellite EUTELSAT 10A dimanche soir dernier et sommes actuellement en train d'enquêter sur l'origine de cet incident.  ». La société indique aussi que d'autres satellites diffusaient le flux pour un événement de cette importance, ce qui a permis à la RTBF de continuer à diffuser le match.

Commentaires
Interroger un expert

Votre question aux experts de la catégorie Les news : vos réactions du forum

Exemple : Android, ordinateur portable, usb, disque dur

Cette page n'accepte plus de commentaires
  • ROGER_AGAIN@guest , 3 juillet 2012 11:31
    Ça parait bidon cette explication.

    Pirater le flux a destination du satellite alors qu'il suffit d'une parabole pour le récupérer en sortie ?
  • dandu , 3 juillet 2012 11:42
    Ben ils sont chiffrés, les flux, quand c'est destiné aux chaînes
  • 1815 , 3 juillet 2012 12:26
    bah tant qu'ils piratent pas la diffusion du GP à Spa Francorchamps, moi ça me dérange pas.
  • Afficher les 10 commentaires.
  • fitfat , 3 juillet 2012 12:33
    Marrant, en Algérie, ils ont pas besoin d'aller pirater un satellite pour avoir accès gratuitement aux programmes qui sont diffusés par ce réseau ^^
  • Sacre Tom's@guest , 3 juillet 2012 14:41
    "ce dernier [satellite] a subi plusieurs attaques pendant la finale, visiblement pour récupérer le flux et le diffuser sur Internet"
    Mais qu'est ce qu'il ne faut pas lire ...comme si i y avait besoin de "pirater" un satellite pour récupérer le flux ...
    Quel article de me*"#e !
  • jamais content , 4 juillet 2012 00:25
    Je suis le premier à signaler le manque récurent d'expertise de ppc.com ainsi que leur manque de sens critique, mais, là, vous avez tout faux.
    Etant donné que la source du signal est dans un stade éloigné de leurs locaux... les chaines doivent rapatrier la video depuis le stade jusqu'à leur régie afin d'y ajouter les pubs... parfois même, selon les chaines, les commentaires sont fait par de journalistes qui n'ont pas fait le déplacement et qui sont dans un des plateaux de la chaine.
    Une fois le signal prêt, il est redistribué par satellite astra, hotbird & co et est codé par un protocole standard type viacess mediaguard & co.
    C'est ce flux qu'il est plus ou moins facile de décoder (illégalement). Pourquoi ? Par ce que des millions de cartes et décodeurs le font déjà (légalement) et qu'il siffit (sic) de reproduire ce décodage (Je vais pas donner plus de détails, ça pourrait sembler être une incitation au piratage).

    Par contre, le premier flux entre le stade et la chaine est un lien privé ou tout au plus partagé entre une poignée de chaines. Le mécanisme de codage est donc très peu rependu et on peut changer les clefs aussi souvent que nécessaire et utiliser des algos de cryptage bien plus performants. Donc celui-là, il faut pas espérer le décoder sauf si on est de la maison (eutelsat) et qu'on veut voir chez soit les buts 1s avant les autres téléspectateurs.

    Comment briser ce lien ? soit on pirate carrément le sat dans son ensemble (golden-eye) ce qui est presque impossible (vu le prix d'un sat, j'imagine pas qu'un guignole puisse lui dire d'aller griller dans l'atmosphère si facilement que ça). Soit on perturbe le signale entre la régie du stade et le sat (lien montant). Et c'est plus crédible car il "suffit" d'envoyer un signal suffisamment fort à la bonne fréquence. Surtout qu'ici, on n'est pas en concurrence avec une antenne de 6m de diametre avec des centaines de watts, mais avec une régie mobile et une pauvre parabole d'1m.
  • jamais content , 4 juillet 2012 00:32
    Sacre Tom's@Guest"ce dernier [satellite] a subi plusieurs attaques pendant la finale, visiblement pour récupérer le flux et le diffuser sur Internet"Mais qu'est ce qu'il ne faut pas lire ...comme si i y avait besoin de "pirater" un satellite pour récupérer le flux ...Quel article de me*"#e !

    J'ai failli oublier... cette partie de l'article est évidemment stupide. Il est fort probable que le sat se contente de renvoyer vers les régie des chaines un flux crypté sans le décoder (ni même y comprendre quoi que ce soit). Attaquer le sat ne permettra donc en aucun cas de décoder le flux et encore moins de pouvoir le diffuser sur internet.
    Ça ressemble tout bêtement à une panne d'un transpondeur du sat ou de l'émetteur dans la régie mobile du stade.
  • dandu , 4 juillet 2012 15:06
    Sacre Tom's@Guest"ce dernier [satellite] a subi plusieurs attaques pendant la finale, visiblement pour récupérer le flux et le diffuser sur Internet"Mais qu'est ce qu'il ne faut pas lire ...comme si i y avait besoin de "pirater" un satellite pour récupérer le flux ...Quel article de me*"#e !


    C'est le communiqué de presse de la chaîne et d'Eutelsat, hein, je rapporte juste des propos.
  • fitfat , 5 juillet 2012 09:47
    Comment est-ce qu'on peut le deviner si tu ne le précise nulle part ? ;) 
  • meriletfou@guest , 9 juillet 2012 20:11
    Ce communiqué de la RTBF était d'une stupidité sans nom puisque le programme était déjà disponible en ligne en direct. (Et ça date de plus d'une semaine, maintenant.)