Un SSD est-il intéressant en entreprise ?

Un SSD est-il intéressant pour une entreprise ? Kingston pense que oui et propose un outil qui va aider les entreprises à vérifier si équiper les ordinateurs des employés est une bonne idée. En quelques questions simples, le SSDNow ROI Calculator (ROI pour Retour sur Investissement en anglais) va permettre de définir si le SSD peut faire gagner de l'argent.

En gros, Kingston calcule le ROI en fonction du nombre d'employés, de PC, de leur prix, etc. Le retour sur investissement est — selon la firme — rapidement intéressant. Les chiffres utilisés pour le calcul sont donnés : un prix moyen de 125 € pour un SSD de 64 Go (Kingston SSDNow V2) et une durée de vie augmentée de 24 mois une fois le SSD installé. Kingston considère qu'un employé travaillant 1 800 heures par an va en gagner 27 en productivité avec un SSD (par rapport à un disque dur), un calcul visiblement effectué avec des tests PCMark 05. Enfin, Kingston donne un taux de panne de 4,9 % par an sur les disques durs et de seulement 0,5 % par an sur les SSD.

Bien évidemment, les arguments sont fallacieux. Pour le prix, notre relevé hebdomadaire chez les e-commercants nous donne un prix moyen de 133 € pour le SSD en question (qui est dans notre sélection). Selon nos confrères, le taux de panne des disques durs sur la première année (chez LDLC) est de 2,58 % au pire, mais reste sous 1 % chez deux constructeurs. Pour les SSD, les volumes de ventes et la jeunesse des modèles grand public ne permettent pas de donner des statistiques fiables. Enfin, pour le gain en temps, il est présent (le SSD permettant par exemple de lancer plus rapidement les applications ou de démarrer plus vite) mais il dépend fortement de l'usage.

Au final, l'outil est intéressant et permet de se faire rapidement une idée des gains à attendre pour une entreprise, même si — à notre avis — les paramètres de Kingston sont trop optimistes.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • magellan
    L'outil lui-même se fonde sur des calculs peu réalistes, d'autant plus que la majorité des usages en informatique ne nécessitent réellement que peu de vitesse (bureautique notamment).
    Ensuite, tout dépend: c'est effectivement bien plus vrai pour des fonctions spécialisées, comme par exemple le traitement d'images/vidéo. En revanche, question à la con: est-ce judicieux de compter sur du SSD concernant ces traitements, puisque justement on évite de les préconiser pour les E/S, et qu'on les veut plus comme disques système?
    0
  • super_newbie_pro
    Perso je verrais la chose différemment. Le nombre de cycles d'écritures limité ne donne pas envie d'investir là dedans. Je préfère acheter des disques durs classiques mais rapides pour les ordis de mes employés que des "trucs" à durée de vie limitée. La donne sera assurément différente le jour où les constructeurs sortiront des SSD où le nombre de cycles d'écriture n'est plus limité, allusion aux puces M-RAM, P-RAM et compagnie...
    1
  • magellan
    450990 said:
    Perso je verrais la chose différemment. Le nombre de cycles d'écritures limité ne donne pas envie d'investir là dedans. Je préfère acheter des disques durs classiques mais rapides pour les ordis de mes employés que des "trucs" à durée de vie limitée. La donne sera assurément différente le jour où les constructeurs sortiront des SSD où le nombre de cycles d'écriture n'est plus limité, allusion aux puces M-RAM, P-RAM et compagnie...

    A voir: c'est ce que j'abordais concernant les E/S précédemment. De là, encore un autre souci: les entreprises veulent que l'outil informatique soit fiable. En l'espèce, les coûts engendrés par le TBF sont violents si la société est très tributaire de l'informatique (administration, compta...). Donc, les lancer sur des produits "jeunes", ce n'est pas forcément dans leur intérêt.
    0