Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

1 To sur support optique en 2015, selon Fujifilm

Par - Source: Tom's Hardware FR | B 4 commentaires

Absorption à deux photonsAbsorption à deux photons

Fujifilm a publié un papier présentant un nouveau support optique double face pouvant contenir un total de 1 To et qui serait commercialisé en 2015, selon les propos recueillis par TechOn!. Ce support utilise une méthode dite d’absorption à deux photons pour caractériser un bit. La technologie permettrait la création de support à plusieurs couches pouvant atteindre jusqu’à 15 To pour un coût qui avoisinerait celui des cassettes magnétiques qui sont connues pour être bon marché.

L’absorption à deux photons est un phénomène optique non linéaire en trois dimensions qui permet une extrême précision. Fujifilm utilise une cellule utilisant un polymère emprisonné entre une couche de résine en bas et une couche adhésive en haut. Sa méthode rompt avec les recherches qui tentent d’utiliser des supports et lecteurs déjà connus (cf. « Un DVD à 64 couches de 1 To »), ce qui devrait rendre les supports assez chers dans un premier temps.

Un bit est caractérisé par la déformation physique de la cellule

Un laser au saphir dopé au titane d’une longueur d’onde de 522 nm vient frapper la cellule qui contient un colorant fluorescent dont les molécules vont être excitées. L’absorption des deux photons va créer une bosse. Plus l’exposition au laser est longue et plus la déformation sera haute. Le laser demande une puissance importante (200 W) qui le rend incompatible avec un usage domestique. De plus, le changement est irréversible, ce qui en fait un support inscriptible uniquement. Ces contraintes le limitent à la distribution de contenus, par exemple.

La lecture des données se fait à l’aide d’un laser hélium néon de 633 nm qui demande une puissance de 0,3 à 0,5 mW et qui va permettre de détecter la quantité de lumière réfléchie qui va changer en fonction de la présence ou non de cette bosse.

15 To dans un futur lointain

Le papier confirme la possibilité d’utiliser 20 couches, sachant qu’une couche de 1 µm est séparée par une couche intermédiaire de 10 µm. Le support contiendrait alors 15 To, mais sa date de commercialisation reste inconnue. La question est néanmoins de savoir si la popularité du modèle 1 To sera suffisamment importante pour financer le développement de support pouvant contenir plus d'informations.

Photo du supportPhoto du support

Afficher 4 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • -2 Masquer
    lainiwaku , 19 novembre 2012 09:43
    Sérieusement il y a des gens qui utilise encor le DVD ???
    ce truc qui prend 2x plus de place qu'un disque dure et qui est 2x plus bruillant et 2x plus lent ,??
  • mururoa , 19 novembre 2012 10:01
    Hehe c'est pas comme si on ne nous l'avait pas déjà faite 12 fois celle-là ;) 
    Pour le particulier le M-Disc (LG) est bien plus important que pouvoir stocker 1 TB. Stocker ses données sur un disque qui est garanti pour durer 100 ans et qui en plus est lisible par n'importe quel lecteur DVD n'a pas de prix alors que très peu de particuliers ont des TB de données personnelles à stocker.
  • pseudo555 , 19 novembre 2012 10:40
    D'un autre coté, un disque de cette capacité la prend moins de place qu'un disque dur.

    Donc plutot que de démonter son pc tous les jours, utiliser ce genre de disque pour faire de l'archivage est largement plus pratique. Alors oui les rack externes existes, mais quand bien même.

    Par contre, si ça a la durée de vie d'un blu ray, pas sur que ce soit un bon candidat au remplacement de la bande magnétique...

    De plus, ce genre de périphérique là peut nécessiter une connectique un poil plus véloce que le sata 3 pour pouvoir supporter cette quantité de données en un temps raisonnable : Pour 15 To en 1h, faut quand même passer plus de 4Go/s... et seulement 300 Mo/s pour 1To en 1h...

    Ce qui signifie que nos HDD / SSD soit capables de fournir un débit de données à une tel vitesse.
    Donc au vues des possibilités actuelles, c'est pas pour tout de suite qu'on aura ce support en mode R ou RW ;) 
  • Tremex , 19 novembre 2012 14:52
    Euuh, petites corrections. Sans être spécialiste laser, je voudrais quand même préciser :

    - On ne parle pas de laser en titane et saphir, mais d'un laser au saphir, c'est-à-dire du corindon dopé au titane (dopé au chrome, c'est du rubis). La fréquence n'est surement pas de 8 MHz, elle est en centaines de Thz. Je pense qu'on parle de la largeur de raie. Car c'est l'intérêt des lasers au saphir : modulables en longueur d'onde, fréquence très précise, et capables d'impulsions femtosecondes. Zêtes sur que c'est 200 W ou 200 J ? Sur quelques femtosecondes, ce n'est pas la même consommation électrique.
    - Concernant l'absorption bi-photon : son intérêt ici est de permettre une précision extrême de gravure (parce qu'autrement ça pourrit plutôt le rendement). En microscopie bi-photon, on peut même battre la limite de diffraction dans certaines conditions.

    Et finalement, on a une gravure qui ne se résume pas à une simple brulure dans une couche de colorant, mais à une modification de relief, comme dans un CD pressé. Potentiellement plus durable, donc, si le reste des couches (adhésif, résine) est lui-même stable.

    Pour finir, s'ils sont obligés de relire au laser hélium-néon, un peu dépassé par les diodes lasers quand même, c'est qu'ils sont besoin, en l'état actuel des choses, de fréquences très précises et donc que les lectures et écritures sont loin d'être évidentes. Mais bon, il y a des diodes précises (si on stabilise en température et tension, ce n'est donc pas du grand public).


    P.S. aussi : problème de lien sur le sujet concernant la gravure flash à 10 nm chez Samsung ; le lien concernant le SSD Intel renvoie à la carte graphique citée dans le même article.