Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Acer Aspire S7-392-54208G12tws

Test Ultrabook : 21 modèles au banc d'essai
Par

Ergonomie, poids et connectique

L'Aspire S7-392 reprend trait pour trait le châssis de son prédécesseur. Toujours aussi fin, il est plus lourd de 37 g. On retrouve les mêmes matériaux de qualité et les ajustages entre les différentes parties de la coque (notamment le capot en verre dans le châssis en aluminium) nous ont même semblé de meilleure qualité.

La connectique reste limitée, mais s'améliore : les deux ports USB 3.0 sont toujours là, mais la sortie vidéo est un port HDMI complet et non un micro HDMI. En outre, Acer livre un Converter Port qui offre une prise Ethernet et un port VGA supplémentaires. Le lecteur SD est toujours là, mais on perd le slot pour verrou Kensington.

Performances CPU et stockage

Le Core i5 3517U Ivy Bridge est remplacé par un Core i5 4200U Haswell, de fréquences comparables. Ce nouveau processeur est très légèrement (2 %) plus véloce dans notre test d'encodage. Encore une fois, Acer a choisi une grappe RAID0 de SSD pour le stockage. Les deux LiteOn de 64 Go cèdent la place à deux Kingston, mais les performances régressent légèrement. Rien de dramatique toutefois : à moins de lancer un benchmark qui se souciera de n'avoir que 809 Mo/s en lecture au lieu de 869 Mo/s ?

Écran

L'écran de l'Acer Apsire S7-391 nous avait fait fort impression, celui de l'Aspire S7-392 fait un peu moins bien. La résolution évolue positivement puisqu'elle atteint désormais 2560 x 1440 pixels. Le contraste est encore supérieur (1364:1) malheureusement les bonnes nouvelles s'arrêtent là. La luminosité de la nouvelle dalle est encore un peu plus faible (191 cd/m2) et surtout l'étalonnage des couleurs est mauvais : le deltaE94 monte à 11,5 quand il n'était que de 4,7 sur le précédent modèle. Dommage pour les photographes ou les graphistes en herbe, une sonde ou un écran externe sont obligatoires.

Autonomie

Le passage à un processeur de la génération Haswell résout un des rares gros défauts de l'Aspire S7 : son autonomie. Elle gagne 41 minutes, soit 13 %. Et ceci, rappelons-le, en conservant des performances identiques, voire un peu meilleures. Avec 5h 50m, l'Aspire S7 fait partie des meilleurs Ultrabooks que nous ayons testés, sur ce critère.

Qualité sonore

Décidément, sous une coque identique, le nouvel S7 cache des entrailles bien différentes de l'ancien modèle. La section audio a souffert au passage : la bande passante de la sortie casque est divisée par deux (20 à 10600 Hz contre 36-20000 Hz). Certes le coeur du message sonore est préservé et la distorsion comme le rapport signal/bruit sont aussi bons que sur l'ancien S7. Mais quelle évolution regrettable !

Silence

La plateforme Intel Haswell excelle sur le rapport performance/consommation. Or qui dit moins d'énergie consommée, dit moins de chaleur à évacuer. Acer a peut-être également soigné la conception du radiateur interne. Quoi qu'il en soit, le résultat à l'oreille est appréciable : le nouvel S7 est 9,3 dB plus silencieux que l'ancien. Avec seulement 31,2 dB en pleine charge, il est virtuellement inaudible dans un bureau.

Température

Acer a-t-elle sacrifié la hausse de la température en échange d'un plus grand silence de fonctionnement ? Non. L'Aspire S7-391 est certes plus chaud sur les genoux (42,8 °C contre 36 °C) il est plus froid sous les mains (39,1 °C contre 44 °C). En moyenne les deux machines sont donc équivalentes et aussi agréables pour leur utilisateur.

Donnez votre avis