Test Ultrabook : comparatif de 11 PC ultraportables

HP Envy 13-d003nf

Belle finition mais WiFi indigent

Premier constructeur mondial de PC au monde avec Lenovo, HP n'a évidemment pas qu'un seul Ultrabook à son catalogue. À côté du Spectre x360, tactile et convertible, HP a aussi son Envy 13, traditionaliste. L'Envy n'est pas tactile, il n'est pas convertible. En revanche il est très léger (1,23 kg pour un 13") et fin. Sa construction n'appelle pas de reproche particulier, au contraire, la finition est bonne, le châssis rigide. L'impression de qualité n'est toutefois clairement pas la même que sur le Spectre ou sur un MacBook. La charnière de l'écran fait que celui-ci soulève le clavier lorsqu'on l'ouvre. Nous ne sommes pas partisans de ce genre de mécanisme (utilisé également par Asus sur certains modèles), l'inclinaison étant alors trop importante et la stabilité générale dégradée.

Sous l'écran, le clavier est bon, habituel pour les PC grand public de HP. Le trackpad est d'un format très large, mais pas assez haut. Il serait plus agréable s'il adoptait un format proche de celui de l'écran. Il suit tout de même sans souci le déplacement des doigts et sa surface offre une glisse agréable.

La connectique physique prévue par HP est plus fournie que la moyenne : 3 ports USB 3 type A, une sortie HDMI, plus un lecteur de cartes SD. En revanche, nous attribuons un carton rouge à HP pour le choix du chipset WiFi. Alors que les derniers portables se connectent en WiFi ac à près de 1 Gbit/s, l'Envy 13 doit se contenter d'un chipset WiFi n, incapable de recevoir en 5 GHz, et doté d'une seule antenne. On ne pourra se connecter qu'à 150 Mbit/s au maximum. Absolument inadmissible en 2016 !

Un processeur inexploité

Le HP Envy 13 que nous avons testé est le d003nf. Il est animé par un processeur Intel Core i7 6500U Skylake, à deux coeurs, tournant entre 2,5 et 3,1 GHz. Il s'agit presque du plus puissant des processeurs ultramobiles d'Intel, mais le HP Envy 13 ne lui permet pas de s'exprimer pleinement. Comme sur le Spectre x360 de la même marque, le système de refroidissement est sous-dimensionné et le processeur se voit contraint de ralentir pendant les calculs prolongés. Pendant notre test d'encodage vidéo, par exemple, le 6500U ne peut pas maintenir sa fréquence Turbo maximum et descend sous les 2,5 GHz. Du coup, il est moins rapide que d'autres machines en Core i5 !

Le SSD de 256 Go ne réserve pas bonne surprise non plus. Nous constatons le même défaut que sur le Spectre x360 : les écritures sont lentes. Il serait bon que HP adopte des SSD PCI-Express, comme Dell, Apple ou Microsoft.

Un écran fidèle mais sans contraste

L'écran du HP Envy 13 est paradoxal. D'un côté il offre une définition record de 3200 x 1800 pixels et un étalonnage correct (deltaE94 moyen de 4, gamma de 2,2, température de 6150 K). De l'autre son taux de contraste est catastrophique : avec seulement 458:1, on se croit revenu une dizaine d'années en arrière. Et comme la luminosité maximum n'atteint pas des sommets (316 cd/m2), il sera impossible d'utiliser le HP Envy 13 dans un environnement lumineux, encore moins à l'extérieur.

Autonomie légère

Le HP Envy 13 est le quatrième Ultrabook HP passé dans notre comparatif. Ses trois prédécesseurs nous avaient tous déçus au chapitre autonomie. Le petit dernier s'inscrit malheureusement dans cette tradition. Il n'a tenu que 4 h 32 min à notre test, ce qui est le 5e plus mauvais score des 36 Ultrabook que nous avons testé pour ce comparatif. 

Belle sortie audio

La sortie casque du Envy est de bonne qualité. Le bruit est aux abonnés absents et la distorsion contenue à des niveaux satisfaisants. La réponse en fréquence est stable de 40 Hz à 20 kHz, même si elle est légèrement montante.

Un peu trop bruyant

Nous l'avons dit, l'Envy est très fin et léger, deux qualités qui sont antagonistes avec une bonne capacité de refroidissement. Pour maintenir sa température à un niveau acceptable, l'Envy 13 fait donc tourner son ventilateur assez vite, ce qui le rend assez bruyant. Notre sonomètre a mesuré 42,5 dBA.

Globalement froid

Cette ventilation relativement bruyante et la diminution de la vitesse du CPU contribuent à maintenir la température du Envy 13 assez basse. Côté genoux, la coque ne dépasse pas 42 °C. Côté clavier, en revanche, l'air expulsé vers l'écran approche les 50 °C et une petite zone au dessus des touches dépasse les 45 °C. Vu son emplacement, elle ne gêne pas l'utilisation.


 

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
2 commentaires
    Votre commentaire
  • "nous avons pu testé"...
    tester
    0
  • Il doit y avoir un problème avec le Spectre que vous avez testé. L'autonomie est un de ses points forts. Le mien en I5 tient facilement la journée donc plus de 7h, bien plus que la SP4 en usage équivalent. Pleins de tests le confirment.
    0