Test Ultrabook : comparatif de 24 PC ultraportables

Dell Inspiron 13 2-en-1 Series 5000

Les Inspiron deviennent convertibles

Dans la gamme de PC portables Dell, il y a les XPS, les fleurons, les porte-étendard. Dans leur ombre, trop souvent oubliés, se trouvent les Inspiron, des machines moins risquées, moins sophistiquées, et moins chères. Dell a tout récemment mis à jour l’Inspiron 13 avec des processeurs Skylake et un châssis plus fin.


La construction n’appelle vraiment pas de reproche. L’Inspiron 13 est forgé dans une coque métallique très rigide, qui fait très bonne impression. La finition est certes morne (l’Inspiron 13 ne dépareillerait pas dans le Brasil de Terry Giliam), mais la construction est très sérieuse.

Plus fin que l’ancien modèle, l’Inspiron 13 reste assez épais pour un ultraportable (21,4 mm). Il est convertible en tablette via une charnière à 360° à la manipulation douce et fluide.


Le clavier à touches en îlots ne surprendra personne, mais il est agréablement ferme sous les doigts. Le pavé tactile reprend un format désormais classique, dépourvu de boutons.

La connectique profite de la place disponible dans le châssis. Dell a prévu deux ports USB 3.0, un port USB 2.0, une sortie HDMI, une fente pour verrou Kensington, un lecteur de cartes SD et un jack audio.

Très bon rapport performances/prix

Ce qu’il n’offre pas en design, l’Inspiron le donne en équipement. La version que nous avons testée est la plus chère des configurations prêtes à l’achat chez le constructeur : elle embarque un Core i7 6500U, 16 Go de RAM et un SSD de 256 Go, mais ne coûte que 949 euros.

Grâce à son gros processeur, elle finit parmi les tout premiers dans nos tests de puissance de calcul. Les épreuves de copies de fichiers lui sont moins favorables : le SSD Intel Pro 2500 de 256 Go se place dans la moyenne des SSD SATA 6 Gbit/s.

Retrouvez tous résultats des ultrabooks comparés en page 3 (autonomie, performances, nuisances sonores, etc.)

Mention assez bien pour l’écran

Le Dell Inspiron 13 Série 5000 2-en-1, puisque tel est son nom complet, est muni d’un écran de 13,3 pouces de diagonales, Full HD, LCD IPS, plutôt moyen. Son contraste de 877:1 ? Bon pour un LCD de ce type. Sa luminosité maximum ? 244 cd/m2, insuffisante. Sa colorimétrie ? Mauvaise ! Le deltaE 94 moyen monte à 5,36, avec des pointes à presque 9. Seul le gamma, stable et presque juste (2,33 au lieu de 2,2) est dans la bonne moyenne. Dommage, Dell nous avait habitués à mieux.

Presque une journée de travail

L’autonomie est un des points forts de l’Inspiron 13 5000. Il a résisté 371 minutes à notre épreuve, soit 6 h et 11 minutes. Il s’agit d’un des meilleurs résultats de ce comparatif et en pratique, il devrait être possible de travailler toute une journée normale sans chargeur.

De bons médiums

Travailleurs en musique, n’oubliez pas votre DAC USB ! Dell a manifestement bâclé la sortie casque de l’Inspiron 13 5000. La distorsion est pourtant très bonne (78,3 dB) tout comme le rapport signal/bruit (80,4 dB). Mais la bande passante sortant du jack audio manque de graves et d’aigus. Elle ne reproduit correctement que de 200 à 15 500 Hz.

Pas trop bruyant

Dell a-t-il fait des économies sur le système de refroidissement de l’Inspiron 13 5000 ? La mesure de bruit ne révèle rien d’anormal. En charge, l’Inspiron 13 5000 est nettement audible (41,4 dBA), mais d’autres machines font bien pire, y compris des best-sellers comme le MacBook Pro Retina d’Apple.

Températures : au feu !

L’examen des températures en charge révèle un problème. L’Inspiron 13 5000 chauffe beaucoup, beaucoup trop pour être honnête. La surface supérieure du châssis près des doigts de l’utilisateur caressant le clavier monte à 51,8 °C. Mais il y a pire : sur la face inférieure, côté genoux, l’air ressort de la bouche d’aération à 58 °C et plusieurs endroits de la coque dépassent les 50 °C. Attention aux brûlures !

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire