Test Ultrabook : comparatif de 24 PC ultraportables

Microsoft Surface Pro (5G)

L’âge de la maturité

La Surface Pro prend la relève de la Surface Pro 4, dans une pirouette de nomenclature rendue nécessaire par la multiplication des modèles de la gamme Surface. Pour le consommateur la confusion est cependant facile.

Confusion renforcée par la ressemblance très forte entre la Pro 4 et la Pro. Visuellement presque aucun indice ne permet de distinguer la nouvelle de l’ancienne. Les dimensions sont les identiques également à quelques dixièmes de millimètres près. Le changement le plus intéressant concerne la charnière dont l’angle d’ouverture est plus large.

La Surface Pro 4La Surface Pro 4Et la nouvelle Surface ProEt la nouvelle Surface Pro

On retrouve donc le même écran de 12,3 pouces de diagonale, et affichant 2736 x 1824 pixels. Écran toujours évidemment tactile - il s’agit d’une tablette après tout - Microsoft ayant rendu l’écriture au stylet encore plus fluide grâce à un rafraîchissement accéléré. Malheureusement, le stylet n’est pas fourni.

Autre accessoire qui n’est pas fourni : le clavier ! Microsoft n’a pourtant rien changé à sa Type Cover, mais il faudra maintenant l’acquérir en plus de la tablette. Un nouveau clavier est proposé, qui possède un lecteur d’empreinte digitale. Les touches restent agréables, larges et d’une bonne course, mais la stabilité de ce très fin clavier n’égalera jamais celle d’un ordinateur portable classique.

Performances : une Ferrari !

Pour cet essai, Microsoft nous a prêté une Surface Pro haut de gamme équipée du plus puissant Core i7, le Core i7-7660U (Kaby Lake, 2 coeurs, 4 threads, Turbo à 4 GHz, 15 W). Sur la route, c’est une véritable Ferrari ! Comprenez par là que cette tablette, pourtant plus fine que tous les Ultrabook (hors clavier) les bat a plate couture à notre test d’encodage vidéo ! 

La Surface Pro se montre ainsi une digne héritière de la Surface Pro 4, déjà très bien optimisée.Microsoft n’oublie pas non plus le stockage, qui est assuré par un SSD PCI-Express Samsung PM971 de 512 Go sur notre exemplaire. Ce n’est pas le plus rapide que nous ayons vu en PCIe, mais avec 900 Mo/s en débit réel, il est parfaitement satisfaisant.

Retrouvez tous les ésultats des ultrabooks comparés en page 3 (autonomie, performances, nuisances sonores, etc.)

Des couleurs améliorées, vraiment ?

L’écran de la Surface Pro est encore LCD, les dalles OLED se faisant malheureusement toujours trop rares sur PC. Il s’agit presque exactement du même que celui des Surface Pro 4. “Presque”, car Microsoft a prévu un mode “couleurs améliorées” censé renforcer la saturation des teintes sans trop s’écarter du standard sRGB. En pratique, c’est une déception.

Alors que les précédentes Surface étaient des modèles de fidélité, la nouvelle Surface Pro récolte un deltaE 94 de 5,8 sous notre colorimètre et un gamma de 2,34. On se consolera en constatant que la lisibilité est toujours excellente, avec un contraste de presque 1500:1 et une luminosité maximum de 450 cd/m2. Soulignons toutefois que notre exemplaire de test "presse" pourrait avoir fait les frais d'une mauvaise configuration d'usine.

Autonomie : un chameau !

La Surface Pro 4 faisait un peu paye sa finesse et sa légèreté par une autonomie passable : 328 minutes à notre test. La Surface Pro remet les pendules à l’heure : elle offre presque 440 minutes d’utilisation entre deux recharges, 35 % de mieux ! Dans l’absolu, c’est 7 heures et 20 minutes d’assurer et l’un des meilleurs résultats de notre comparatif.

Passif ou pas, pas de problème

Dans la gamme Surface Pro, le modèle Core i7 que nous testons ici est le seul à être refroidi par un ventilateur. Les modèles inférieurs sont totalement passif et n’émettent donc aucun bruit. Ceci dit, même avec son ventilateur le modèle Core i7 est remarquable par sa discrétion. À pleine charge, nous avons enregistré seulement 34,6 dBA, l’un des meilleurs résultats. C’est 5 dBA de moins que la Surface Pro 4, une belle prouesse !

Températures tempérées

Discret, le refroidissement n’en est pas moins efficace puisque les surfaces extérieures de la Surface Pro restent sous les 45 °C en toutes circonstances. Pas de risque de brûlure et une gêne faible sur les genoux ou dans les mains.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • delwyn.pelissier
    LENOVO 900 = ARNAQUE

    J'ai commandé un Lenovo 900 en I7, donc ai payé le prix.... après un petit moment et suite à des lenteurs, je vérifie mon processeur... et qu'est ce que je vois ?? je n'ai pas un processeur I7 comme je le vois sur l'étiquette de l'ordinateur, sur la facture et sur le site internet.... mais un I5 !!!!

    Je contacte Lenovo SAV qui comprend bien le problème... mais seulement LENOVO Boutique peut faire quelque chose...... je les contacte... et ils font la sourde oreille.
    ça fait maintenant 3 mois qu'ils me disent qu'il prennent au sérieux mon problème et qu'ils recherchent une solution à mon problème ! en clair, ils m'ont fait comprendre que c'était de ma faute parce que je n'ai pas vu le problème dans les 14 jours qui suivent la livraison!! Je suis désolé mais une faute telle que celle là est clairement une arnaque de la part de Lenovo !! et en plus, ils ne le reconnaissent pas !

    Donc attention, ne vous faites pas avoir comme moi !

    Produit litigieux.... chauffe énormément.... présente des problèmes.... écrans qui se fendent...... et un intérieur non conforme à votre commande ! et ça, Lenovo vous dira que c'est de votre faute !

    Bonne journée
    0
  • cartierem
    Solution : LARA à l'entreprise (avec mention d'une date buttoir à partir de laquelle vous actionnerez une action en justice - 1 mois) et action le cas échéant devant le TGI dont dépend votre lieu de résidence principale. Fondement : "dol" , "erreur sur les qualités substantielles de la chose", le tout étant par ailleurs aussi susceptible d'une qualification pénale (fraude) mais c'est une autre action. Il s'agit d'une simple déclaration simplifiée au greffe du TGI pour laquelle le formulaire est téléchargeable :https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1783
    A la réception de votre courrier (LRAR) l'entreprise devrait se bouger et vous proposer une solution. Il se peut qu'elle bouge aussi à la réception de l'assignation par le juge. Je vous dis cela sous réserve de la connaissance pleine et entière du dossier et de la qualité des pièces que vous pourrez produire devant le juge pour justifier vos dires. Il est important de ne pas laisser se produire ce genre de pratique qui sont malheureusement trop fréquentes lors de ventes sur internet. Bon courage. Cordialement. Emmanuel
    0