10 ventirads sur le gril

Ennemi juré de la stabilité et de la longévité de nos ordinateurs, la chaleur modifie les caractéristiques du silicium et le rend à l'extrême inutilisable. Elle peut faire des dégâts très rapidement, comme ont pu s’en rendre compte les nombreux overclockeurs qui ont témoignés des problèmes de santé de la plupart des Core 2 Duo au-delà de 65°C.

Mais tout cela n’a-t-il pas changé depuis l’arrivée des processeurs Lynnfield, qui semblent capables de supporter des températures de l’ordre des 100 degrés Celsius ? Après tout, nous avons régulièrement flirté avec les 95 °C lors de nos tests d’overclocking, et ce, sans rencontrer de problèmes de stabilité alors que nous atteignons des fréquences dépassant les 4,3 GHz.

Bien que la température à laquelle nous avons dû lever le pied avec notre Core i7-870 se soit avérée particulièrement élevée, le fait qu’elle ait coïncidé avec nos limites de tension et de refroidissement s’est produit strictement par hasard. Il ne fait aucun doute qu’une plateforme fonctionnant si près de sa limite thermique sur un banc de test entièrement ouvert serait totalement inutilisable dans un boîtier fermé, où la température ambiante suffirait à elle seule à entraîner la réduction automatique de la fréquence dès que l’on approcherait un tant soit peu de la pleine charge. Le refroidissement liquide est une option viable, mais il faut opter pour un système à deux ventilateurs, sous peine d’obtenir des résultats franchement décevants. Qui plus est, la plupart des utilisateurs n’ont aucune envie de s’ennuyer à mettre en place un refroidissement de ce type, qui a le double inconvénient d’avoir un prix élevé et d’être bien souvent impossible à caser dans un boîtier conventionnel. Il était donc plus que temps que nous passions au crible l’offre disponible en matière de systèmes de refroidissement par air.