Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Microsoft Hyper-V Server 2012

Comparatif virtualisation : les solutions gratuites
Par

Arrivé un peu tard sur le marché de la virtualisation pour serveurs, Microsoft a rapidement proposé une solution viable baptisée Hyper-V. A l’origine uniquement disponible en tant que rôle dans Windows Server 2008 (la version finale a été publiée sur Windows Update en juin 2008), Hyper-V a par la suite été proposé (dès octobre 2008) en version stand-alone et gratuite, puis mis à jour en version R2 en septembre 2009. Aujourd'hui, c'est la version 3 - ou Hyper-V Server 2012 - qui nous intéresse.

Hyper-V Server 2012 est plus ou moins une version Core de Windows Server 2012 avec toutes les fonctionnalités d’Hyper-V activées, les autres rôles de Windows Server étant désactivés. Il n’y a donc pas d’interface graphique à proprement parler, et tout se passe en ligne de commande. Cette version apporte au passage l’intégration de Windows Powershell v3.

Pré-requis à l’installation

Au niveau des ressources matérielles nécessaires pour installer et faire fonctionner l’hyperviseur, Hyper-V Server 2012 demande un (ou plusieurs) processeurs compatibles x64 (1,4 GHz minimum) prenant en charge VT-x ou AMD-V ainsi que le bit NX/XD, et 512 Mo de mémoire vive au minimum pour fonctionner.

La solution de Microsoft prend en charge les systèmes avec 320 CPU logiques au maximum et jusqu’à 4 To de mémoire vive. Jusqu’à 1024 machines virtuelles peuvent fonctionner sur une seule et unique machine physique, chaque VM ayant droit à un maximum de 64 processeurs virtuels et 1 To de mémoire virtuelle.

Fonctionnement et fonctionnalités

Hyper-V Server 2012 fonctionne avec des unités logiques d’isolation, baptisées partitions, dans lesquelles s’exécutent les différents systèmes d’exploitation invités. Chaque partition enfant n’a accès qu’à une vue virtuelle des ressources matérielles, microprocesseur(s) compris.

L’hyperviseur est donc capable d’intercepter les interruptions du processeur pour les rediriger vers la ou les partitions adéquates. Hyper-V utilise au passage l’accélération matérielle proposée par les processeurs d’Intel et d’AMD en matière de virtualisation (Intel VT-x et AMD-V, ainsi que EPT et NPT pour la translation d’adresses mémoire entre les différents espaces d’adressage virtuels). Les appels à un périphérique virtuel réalisés par les partitions enfants sont quant à eux redirigés via le VMBus vers le périphérique réel.

Les principales fonctionnalités d’Hyper-V Server 2012 mises en avant par Microsoft sont le nouveau format de disques virtuels VHDX (avec prise en charge des secteurs 4K et une taille maximale portée à 64 To), l'amélioration de l’allocation dynamique de la mémoire en fonction de la charge, les « extensibles switchs », la fonctionnalité Live Storage Migration ainsi que des améliorations de Remote FX : Remote FX Hardware GPU, Remote FX Software GPU, Remote FX Adaptive Graphics, Remote FX for WAN, Remote FX Multi-Touch, Remote FX USB Redirection ou encore Remote FX Media Remoting. D'autres fonctionnalités apparues avec la version précédente d'Hyper-V, comme le Core Parking qui permet de mettre en veille certains cœurs CPU inutilisés lorsque le nombre de VM ou leur charge diminue, sont bien entendu toujours présentes.

Afficher les 17 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • Streaming , 16 janvier 2013 14:23
    & Mageia?
  • Yannick G , 16 janvier 2013 14:32
    Citation :
    & Mageia?


    C'est un hyperviseur bare-metal ?
  • -4 Masquer
    binome33 , 16 janvier 2013 15:38
    A mon avis, il manque dans le comparatif une liste des OS virtualisables :
    windows, linux, ... ?
    Une version spéciale (les linux pour hyper-v semblent devoir être "hyper-V aware" par ex) ?
    N'importe quel OS x86 ?
  • -5 Masquer
    binome33 , 16 janvier 2013 15:40
    Streaming& Mageia?

    Mageia est un OS virtualisable.
    Ici, le test concerne les hyperviseurs qui vont virtualiser de tels OS.
  • -1 Masquer
    fensoft , 16 janvier 2013 16:03
    Et XCP ? Et les comparatifs sur le balooning ? Et la possiblité d'installer ça sur de l'usb ? (vmware ok mais xen et xcp ko)
  • mururoa , 16 janvier 2013 16:12
    binome33Mageia est un OS virtualisable.Ici, le test concerne les hyperviseurs qui vont virtualiser de tels OS.

    Tous les OS sont virtualisables. Y-compris les hyperviseurs ;) 
  • tehar , 16 janvier 2013 18:17
    l'interet d'un tel test me laisse perplexe...

    Si l'on est un simple utilisateur lambda, on ne sait probablement même pas ce qu'est la virtualisation.

    Si l'on est un peu bidouilleur, on tapera en effet dans le gratuit mais on a deja fait notre choix. Quand on a l'habitude de gérer un XenServer, on passe pas a une infrastructure Hyper V comme ca. Perso j'ai 1 serveur Apache/mysql, un serveur DHCP/DNS, et 4 a 5 postes virtualisés (de différents OS) pour faire des test et même un simple VirtualBox suffit AMPLEMENT.

    Si on est administrateur réseau d'une entreprise de plusieurs centaines voir milliers de postes, il me semble qu'on passera obligatoirement sur du payant, ne serait ce que pour le support...
  • turlupin en ptard , 16 janvier 2013 19:32
    La première difficulté consiste à trouver les liens de téléchargement.
    Pour MS je suis sans cesse renvoyé à la version 2008. La version 2012 semble inaccessible.
    Bon... je sais, je ne suis pas une flèche, mais quand même !

    Et je pense que ça fait partie de ce qu'on est en droitt d'attendre dans un tel article : une liste de liens utiles, pas seulement les téléchargements mais aussi, pourquoi pas, des tutos ou des outils tiers.

    M'enfin... je me sers surtout de XP Mode pour les progs qui posent problème avec Seven et de Wirtual Machine pour les tests de distrib Linux.

    Mais j'aurais bien aimé essayer la VM de MS...

    PS : Oooops ! Trouvé.
    Le genre de truc qui fait penser à Edgar A. Poe (La lettre volée)

    http://www.microsoft.com/en-us/server-cloud/hyper-v-server/

    Un truc à cliquer très visible une fois qu'on l'a vu mais c'est comme mes clés posées sur la table : je ne les vois jamais. :D 
  • Yannick G , 16 janvier 2013 21:21
    Citation :
    Si on est administrateur réseau d'une entreprise de plusieurs centaines voir milliers de postes, il me semble qu'on passera obligatoirement sur du payant, ne serait ce que pour le support...


    Bravo, tu viens de reformuler la conclusion du dossier !

    Citation :
    La première difficulté consiste à trouver les liens de téléchargement.
    Pour MS je suis sans cesse renvoyé à la version 2008. La version 2012 semble inaccessible.
    Bon... je sais, je ne suis pas une flèche, mais quand même !

    Et je pense que ça fait partie de ce qu'on est en droitt d'attendre dans un tel article : une liste de liens utiles, pas seulement les téléchargements mais aussi, pourquoi pas, des tutos ou des outils tiers.

    M'enfin... je me sers surtout de XP Mode pour les progs qui posent problème avec Seven et de Wirtual Machine pour les tests de distrib Linux.

    Mais j'aurais bien aimé essayer la VM de MS...

    PS : Oooops ! Trouvé.
    Le genre de truc qui fait penser à Edgar A. Poe (La lettre volée)

    http://www.microsoft.com/en-us/server-cloud/hyper-v-server/

    Un truc à cliquer très visible une fois qu'on l'a vu mais c'est comme mes clés posées sur la table : je ne les vois jamais. :D 


    Bonne idée, j'ajouterai les liens demain ;) 
  • turlupin en ptard , 17 janvier 2013 00:51
    Citation :
    Bonne idée, j'ajouterai les liens demain ;) 

    Je te fais gagner un peu de temps, en plus du lien pour la VM de MS, voici pour VMware http://www.vmware.com/products/vsphere-hypervisor/overview.html

    Il y a un bouton download
  • Shaka Shak , 17 janvier 2013 08:59
    Dommage que la fonction imprimer le dossier ne fonctionne pas malgré que l'on soit connecté.

    Sinon très joli dossier

    :) 
  • raabhimselfyo , 17 janvier 2013 16:50
    vSphere hypervisor 5.1 en version payante ne donne pas accès à un environnement Linux pour l'administration! C'était vrai en ESX, jusqu'en version vSphere 4 car l'hyperviseur était basé sur une Red Hat Entreprise Linux. Depuis cette dernière VMware a migré vers ESXi qui est un simple busybox avec les fonctionnalités d'hyperviseur. En aucun cas un Linux!
    Il n'y a pas de différence au niveau de l'hyperviseur entre le gratuit et le payant. Le code est le même. Ce qui change surtout c'est lorsque l'hyperviseur est relié à un serveur d'administration (vCenter).
    Je ne comprends pas pourquoi vous avez fait des machines virtuelles avec autant de vcpu, ça va à l'encontre de toutes les bonnes pratiques! Vos tests sont incomplets, une hyperviseur ne trouve une utilité qu'avec un nombre important de vm. Et là les benchs deviennent intéressants, lorsque l'hyperviseurs est solitcité par plusieurs vm en même temps (vcpu et vram), lesavantages de VMware sont là (transparent page sharing, balloon, etc...).
    De plus, vous parler des hyperviseurs, mais pasde ce qu'ils peuvent virtualiser...beaucoup plus d'OS sont supportés chez VMware et citrix que chez Microsoft (vous allez voir, c'est du sport de virtualiser Debian et FreeBSD sur Hyper-V!!!).
    Je suis pour info, administrateur réseau/stockage et virtualisation dans une grosse boite. Nous virtualisons 250 vm sur Proxmox/Hyper-V et VMware. Et ce dernier est pour moi le plus performant et le plus scalable.
  • Yannick G , 17 janvier 2013 17:16
    Citation :
    Citation :
    Bonne idée, j'ajouterai les liens demain ;) 

    Je te fais gagner un peu de temps, en plus du lien pour la VM de MS, voici pour VMware http://www.vmware.com/products/vsphere-hypervisor/overview.html

    Il y a un bouton download


    Voila, j'ai rajouté quelques liens par-ci par-là ;) 
  • yakakliker , 24 février 2013 10:18
    Article intéressant,

    Il faudrait aller plus loin encore, intégrer les coûts d'investissements, de fonctionnement et d'évolution dans le temps par exemple.

    Vmware ne s'installe que sur des matériels validés là ou un Proxmox se contentera d'un matériel compatible Linux.

    Une solution Proxmox permettra une évolution permanente des fonctionnalités et des perfs puisqu' open source là ou Hyperv et Vmware nécessiteront un réinvestissement pour obtenir une nouvelle version ..

    Pour résumé, une étude un peu plus poussée pourrait être intéressante, non ?
  • obidoub , 27 juin 2013 23:00
    Bonjour, excellent article merci.
    J'ai tenté le même exercice (comparatif des solutions) et c'est très long.
    Sans vouloir remettre en cause les conclusions je voudrais ajouter quelques points.

    - Vous avez utilisé Windows Server 2008R2 comme guest de référence. Vous avez justifié ce choix, pourquoi pas. Mais ça ne met pas en valeur les affinités des hyperviseurs avec certains OS. Lorsque j'ai testé Hyper-V j'ai constaté qu'il n'aime pas trop les guest sur Linux (pas de pilote réseau, bug de décalage d'horloge, etc...). L'installation des pilotes n'est pas aisée. A l'inverse KVM (Proxmox) est idéal pour des guest Linux car tous les pilotes sont déjà intégrés et surtout optimisés.

    - Xen se démarque pour sa "paravirtualisation", l'OS invité doit être modifié pour tourner sur Xen. Bien entendu, ce n'est pas le cas sur Windows, il tourne alors en mode hvm et on perd un peu l'intérêt.

    - Hyper-V peut s'installer en tant que rôle sur un 2008R2 ou un 2012. Donc c'est possible d'avoir un serveur avec une interface graphique.

    - KVM (utilisé dans Proxmox) est une solution brute qui manque un peu d'outils pratiques pour l'administration. RedHat bosse dessus, ainsi que Proxmox. Mais si on arrive à l'optimiser aux petits oignons, c'est vraiment intéressant au niveau des performances, et cela ne fait que s'améliorer.
  • Yannick G , 28 juin 2013 00:59
    Citation :
    Bonjour, excellent article merci.
    J'ai tenté le même exercice (comparatif des solutions) et c'est très long.
    Sans vouloir remettre en cause les conclusions je voudrais ajouter quelques points.

    - Vous avez utilisé Windows Server 2008R2 comme guest de référence. Vous avez justifié ce choix, pourquoi pas. Mais ça ne met pas en valeur les affinités des hyperviseurs avec certains OS. Lorsque j'ai testé Hyper-V j'ai constaté qu'il n'aime pas trop les guest sur Linux (pas de pilote réseau, bug de décalage d'horloge, etc...). L'installation des pilotes n'est pas aisée. A l'inverse KVM (Proxmox) est idéal pour des guest Linux car tous les pilotes sont déjà intégrés et surtout optimisés.

    - Xen se démarque pour sa "paravirtualisation", l'OS invité doit être modifié pour tourner sur Xen. Bien entendu, ce n'est pas le cas sur Windows, il tourne alors en mode hvm et on perd un peu l'intérêt.

    - Hyper-V peut s'installer en tant que rôle sur un 2008R2 ou un 2012. Donc c'est possible d'avoir un serveur avec une interface graphique.

    - KVM (utilisé dans Proxmox) est une solution brute qui manque un peu d'outils pratiques pour l'administration. RedHat bosse dessus, ainsi que Proxmox. Mais si on arrive à l'optimiser aux petits oignons, c'est vraiment intéressant au niveau des performances, et cela ne fait que s'améliorer.


    Des infos intéressantes (et donc des idées pour le prochain dossier), merci !
    Par contre pour le "rôle" Hyper-V dans Windows 2008/2012, vu que l'OS hôte en lui-même est payant, cela sort du champ de ce dossier dédié aux solutions gratuites :) 
  • piere35 , 3 juillet 2013 17:57
    merci pour le tutoriel. Assez complé. Je me suis aussi aidé de vidéos interactives pour configurer xenserver. Voici le lien au cas ou ca vous intéresserait :)  http://www.alphorm.com/formation/formation-citrix-xenserver-6-administration-a20