Se connecter / S'enregistrer

VMWare vSphere Hypervisor 6.0 U1 (suite)

Comparatif virtualisation : les solutions gratuites
Par

Installation et configuration

L’installation de vSphere Hypervisor 6, relativement rapide, se déroule entièrement en ligne de commande, à la manière de certaines distributions Linux. elle se termine par un redémarrage et le lancement de l'hyperviseur.

Mis à part la configuration réseau et certaines opérations basiques, toutes les opérations d’administration s’effectuent à distance via une console d’administration, baptisée vSphere Client, à installer sur un poste. Très complète, cette console permet de configurer l’hyperviseur, de créer, modifier et supprimer des machines virtuelles, d’accéder aux différents logs et de surveiller des paramètres comme l’occupation CPU et mémoire, les temps d’accès et les débits.

C’est également grâce à cette console d’administration que nous allons pouvoir configurer le réseau et mettre en place des réseaux virtuels (dédiés au stockage, à l’administration, …) grâce à plusieurs vSwitch.

Stockage des VM

Les machines virtuelles vont être stockées sur le NAS Netgear, dans un volume de stockage dédié. Du côté de vSphere Hypervisor 6, il faut dans un premier temps activer l’initiateur iSCSI logiciel (désactivé par défaut), pointer le bon volume, puis formater le volume. Depuis la version 5.0, vSphere Hypervisor utilise une nouvelle version de son système de fichiers propriétaire VMFS (Virtual Machine File System). VMFS 5 apporte en particulier le support des volumes de plus de 2 To et l'optimisation de la taille des sous-blocs. VMFS permet par ailleurs à plusieurs instances de serveurs VMware vSphere d'accéder simultanément à un système de stockage de machines virtuelles partagé.

Création VM

Pour créer une VM, rien de plus simple : on se connecte à l’hyperviseur vSphere Hypervisor via vSphere Client, on attribue un nom à la machine virtuelle de destination, on spécifie la banque de données de destination et on défini certaines options comme la quantité de mémoire virtuelle et le nombre de vCPU à allouer à la future VM, ou bien le nombre de contrôleurs réseaux. La machine virtuelle est alors automatiquement créée dans vSphere Hypervisor, et apparait dans vSphere Client. Il ne reste plus qu'à la démarrer et à installer les VMWare Tools afin de profiter de la para-virtualisation...

Afficher les 5 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • FazJab , 18 janvier 2016 17:21
    Sympa et intéressant comme article, qu'en est il des cout de licences pour comparer ?
    Et puis dommage que la solution Openstack n'ai pas également été testée, nous aurions eu un article complet !
  • dthx , 19 janvier 2016 13:10
    Citation :
    Sympa et intéressant comme article, qu'en est il des cout de licences pour comparer ?
    Et puis dommage que la solution Openstack n'ai pas également été testée, nous aurions eu un article complet !

    Citation :
    Sympa et intéressant comme article, qu'en est il des cout de licences pour comparer ?
    Et puis dommage que la solution Openstack n'ai pas également été testée, nous aurions eu un article complet !

    ... en même temps, quand le titre d'un article est "Comparatif virtualisation : les solutions gratuites", on ne s'attend pas trop à un comparatif du prix des licences ;-)

  • Ermite Chevelu , 25 janvier 2016 14:20
    Juste une petite remarque sur le fait que Proxmox 4 n'utilise plus OpenVZ mais LXC comme système de conteneur.
    C'est un détails, mais ça permet de ne plus être dépendant d'une vieille version du noyaux Linux, LXC étant supporté en standard contrairement à OpenVZ qui nécessitait un noyau patché.
    D'ailleurs, l'article sent un peu le réchauffé quand à la première ligne de la seconde page sur Proxmox 4 on lit : "L'installation de ProxMox VE 3.2"... :p 
  • Yannick G , 25 janvier 2016 14:59
    Citation :
    Juste une petite remarque sur le fait que Proxmox 4 n'utilise plus OpenVZ mais LXC comme système de conteneur.
    C'est un détails, mais ça permet de ne plus être dépendant d'une vieille version du noyaux Linux, LXC étant supporté en standard contrairement à OpenVZ qui nécessitait un noyau patché.


    Bon à savoir :jap: 

    Citation :
    D'ailleurs, l'article sent un peu le réchauffé quand à la première ligne de la seconde page sur Proxmox 4 on lit : "L'installation de ProxMox VE 3.2"... :p 


    Et encore, j'ai effacé tous les ESXi 4.0, Hyper-V 2008 et autres XenServer 5.6 qui trainaient ça et là :o 

    (corrigé, merci ;)  )
  • Nancy Sousa , 15 février 2016 18:33
    Bonjour et merci pour ce comparatif complet et intéressant.

    Je ne sais pas si c'est possible pour vous mais un bon comparatif du type Shopify vs Kingeshop, Wix vs Weebly, etc, serait vraiment utile selon moi.

    Merci d'avance
    Nancy Sousa