Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

IxChariot, 3 mètres, 5 GHz

Wi-Fi 802.11ac (Gigabit) : 5 routeurs au banc d'essai
Par

IxChariot est le dernier des trois benchmarks, sachant qu’il s’agit probablement du plus utilisé et du plus fiable pour les réseaux sans fil.

Sur du trafic TCP en 802.11ac à trois mètres de distance, le routeur de Belkin est le seul à afficher des performances exécrables. Même le Linksys, pourtant avant dernier, parvient à une moyenne de 160 Mb/s assez incroyable compte tenu du protocole employé. Notons en parallèle qu’AirLive continue d’impressionner avec une moyenne de 189 Mb/s qui s’explique par l’implémentation du beamforming. Le simple fait d’imaginer la deuxième génération de routeurs 802.11ac en 2013 ou 2014 avec beamforming laisse tout simplement rêveur !

S’agissant d’Asus, Buffalo et Netgear, il faut prendre du recul avec les débits maximum. Voici par exemple le débit du RT-AC66U en détail :

Là encore, on constate un phénomène de plateau. Si le routeur d’Asus était capable de fournir 320 Mb/s de manière constante, nous en ferions l’objet d’un culte. Cependant, d’ici à ce que l’on puisse expliquer ce phénomène, notre avis restera plus modéré.

La situation est très semblable pour Netgear. Bien que l’amplitude pics/creux soit similaire à ce que l’on voit chez Asus, le plateau se situe à un niveau légèrement plus élevé mais il se manifeste plus tardivement, ce qui tire le débit moyen vers le bas.

Nous n’avons pas décomposé les temps de réponse individuellement vu qu’ils constituent le miroir inverse des graphiques de débit. Prenons par exemple le cas de Linksys ci-dessus : on pourrait considérer que le temps de réponse moyen est d’une demie seconde, mais les variations sont considérables au fil du test.

Passons maintenant au trafic UDP, toujours à trois mètres de distance. Les résultats obtenus sous PerformanceTest 7 nous avaient interpellés et c’est encore le cas ici, bien que le niveau de performance n’ait plus rien à voir : le script UDP d’IxChariot limite clairement la bande passante, à tel point que l’on se retrouve avec des débits UDP inférieurs aux débits TCP, ce qui ne se produit presque jamais.

Le débit UDP est donc quasiment diminué de moitié par rapport à ce que l’on avait constaté en TCP. Quelle que soit la manière dont IxChariot bride ou libère le flux de données au travers de ses scripts, nous avons toutefois un classement fiable de tous les routeurs vu qu’ils sont tous soumis au même protocole de test. C’est précisément avec ce protocole que l’on voit les quatre routeurs 802.11ac se tenir dans un mouchoir de poche.

Les plateaux que nous avions constatés en TCP ne se manifestent pas ici, mais on voit par contre des différences saisissantes dans les caractéristiques des débits. Prenons par exemple ceux de Buffalo et Linksys : bien que les moyennes soient très proches, il est évident que les caractéristiques sont différentes.

S’il fallait préférer un graphique à l’autre, nous pencherions pour Linksys : alors que Buffalo semble plafonner aux alentours de 118 Mb/s, Linksys ne descend que très rarement en dessous de 112 Mb/s. Lorsqu’il s’agit de maintenir la qualité de service d’un flux de données, le deuxième graphique est clairement le meilleur des deux.

Donnez votre avis