Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

IxChariot (suite)

Wi-Fi 802.11ac (Gigabit) : 5 routeurs au banc d'essai
Par

Toujours à trois mètres de distance mais cette fois en 802.11n sur la bande 2,4 GHz, on distingue encore plus de résultats curieux. Pour une fois Belkin n’affiche pas le pire débit minimal. Tandis qu’AirLive, Asus et Buffalo parviennent à ne jamais descendre sous le seuil de 50 Mb/s, Linksys et Netgear plongent tous deux à environ 5 Mb/s : même Belkin ne descend pas aussi bas. Certes, la moyenne de ce dernier reste la plus mauvaise, mais on essaie de ne pas tirer sur l’ambulance.

Etant donné que nous sommes en 802.11n, on devrait voir des technologies aussi maitrisées que poussées chez tous les concurrents. Il est donc intéressant de voir AirLive surpasser une marque respectée comme Buffalo, sans même parler de la claque infligée à Linksys et Netgear. Seul Asus parvient à maintenir le moins cher des six routeurs à distance (et de loin).

Le graphique en UDP permet de voir les débits évoluer en cohérence avec ceux relevés en TCP. Cependant, AirLive et Asus souffrent un peu, tandis que Buffalo, Linksys et Netgear affichent une progression. Vu que Linksys affiche un énorme écart entre débit moyen et maximum, regardons de plus près ce qu’il en est :

Plutôt révélateur, non ? Le pic le plus élevé de graphique est presque cinq fois supérieur aux performances moyennes que l’on perçoit clairement à l’œil nu. De même, les nombreuses chutes en-dessous de 20 Mb/s nous interpellent, d’autant plus que le client est à trois mètres du serveur. Il ne nous reste plus qu’à reconnaitre que notre environnement de test souffre d’interférences assez importantes en plus d’être imprévisible, mais ces conditions de tests sont assez révélatrices de ce que l’on peut constater dans un environnement urbain. C’est donc ce cas de figure auquel les routeurs doivent faire face au quotidien, et le fait de voir Linksys et Netgear à la peine n’a rien de rassurant.

Passons maintenant aux tests à longue distance en 802.11ac avec du trafic TCP. Belkin peine encore à établir une connexion, tandis qu’AirLive parvient enfin à améliorer sa situation avec ces conditions de test. Voici ce que l’on peut observer dans le pire des cas de figure :

L’aspect positif, c’est qu’Airlive a pu transmettre les 100 points de mesure sous IxChariot. La mauvaise nouvelle, c’est que la plupart de ces points de mesure sont arrivés en deux salves, comme des coups d’éclair dans la nuit, sachant que le débit était quasiment nul le reste du temps. Au-delà du cas d’AirLive, nous sommes impressionnés par les débits TCP des quatre autres routeurs bien que Linksys soit significativement derrière le trio de tête. Les quelques 180 Mb/s relevés pour Asus, Buffalo et Netgear sont parfaitement  cohérents par rapport aux 240 Mb/s pour ces trois même routeurs à trois mètres de distance : à vrai dire, une simple baisse de 25 % dans des conditions aussi difficiles relève de l’exploit.

Le trafic UDP à longue portée en 802.11ac est bien plus lent, mais reste tout à fait utilisable et fiable dans la plupart des cas. Netgear parvient non seulement à des performances stables, mais aussi au meilleur débit minimum. Asus affiche le meilleur débit moyen, mais regardons plus en détail :

Pour un test à longue distance à travers des murs et un étage, les performances sont d’une stabilité exceptionnelle. On ne constate qu’un seul raté manifeste, lequel est probablement dû à une brève interférence après laquelle le routeur a amplifié son signal en guise de réponse. Lorsque les conditions ambiantes sont redevenues favorables, le routeur a ramené son signal à un niveau normal. Il s’agit là d’une déduction, mais quoi qu’il en soit, ce graphique prouve la capacité d’Asus à stabiliser un signal 802.11ac en répondant très rapidement à des conditions défavorables.

Donnez votre avis