Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Belkin AC1200 DB et Buffalo AC1300/N900

Wi-Fi 802.11ac (Gigabit) : 5 routeurs au banc d'essai
Par

Commençons par les mauvaises nouvelles : il nous a fallu une heure au téléphone avec le support technique de Belkin pour finir avec un nouveau routeur, le premier refusant de se connecter à notre client lors des tests à longue portée. Le deuxième modèle reçu souffrant du même problème, nous avons écarté l’hypothèse du manque de chance. Le problème tient au fait que Belkin a positionné son routeur de manière agressive par rapport à la concurrence (l’AC1200 se trouve à partir de 126 euros), sachant qu’il embarque une configuration d’antennes 2x2 particulièrement mal implémentée : c’est comme si on pouvait lire sur le routeur « le marketing a pris le pas sur la conception ». Nous n’aimons pas tacler les produits reçus et dans le cas de l’AC1200, ce n’est même pas la peine : les résultats parlent d’eux-mêmes.

Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner du fait que Belkin préfère parler des bénéfices du 802.11ac en général plutôt que des avantages de son propre produit.

Pour ce qui est du reste, l’AC1200 propose lui aussi quatre ports Ethernet gigabit, des fonctionnalités QoS basiques, un système de contrôle parental, une gestion du WPS par un bouton etc. Il peut également gérer le trafic sur les deux bandes en simultané, tandis que les menus n’ont rien de spécial. Ce n’est pas la peine d’aller plus loin : le représentant que nous avons eu en ligne nous a parlé d’une V2 de ce produit avec une configuration d’antenne 3x3. Chacun jugera s’il est utile d’attendre pour cette future version. En attendant, l’AC1200 2x2 fonctionne à courte portée, mais n’importe quel routeur 802.11n correct fera bien mieux pour un prix nettement inférieur. Bref, c’est un essai raté pour Belkin.

Buffalo AC1300/N900

A l’opposé, le Buffalo AirStation AC1300/N900 (WZR-D1800H, environ 150 euros sachant que les prix sont très disparates d’une enseigne à l’autre) réserve quelques bonnes surprises. S’il est assez massif, son prix modéré est un sérieux argument au vu de ses bonnes performances. L’installation est simple, nous apprécions les accès invité SSID, il peut servir de point d’accès et enfin, la certification DLNA facilite le streaming de médias.

A nos yeux, le talon d’Achille de Buffalo réside dans ses menus, parfois confus, toujours rebutants et souffrants d’une actualisation pas vraiment réactive. Nous apprécions les explications fournies à droite de l’interface, mais globalement, le firmware (v1.89) a besoin d’un changement radical. (Nb : le dernier firmware en date est le 1.91, mais celui-ci est sorti après le renvoi du routeur). C’est en regardant ce que font Asus et Linksys à ce niveau que l’on se rend compte très vite que Buffalo doit faire des progrès. Quoi qu’il en soit, Buffalo a le mérite d’employer lui aussi une configuration d’antennes 3x3:3.

Donnez votre avis