Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Copie dossier de 2 Go

Wi-Fi 802.11ac (Gigabit) : 5 routeurs au banc d'essai
Par

Les premiers relevés de performances révèlent des informations intéressantes. La principale question est : que se passe-t-il avec le routeur Belkin ? Nous avons pensé à un coup de malchance dans un premier temps, mais les tests qui suivent confirment ce triste constat. D’une part l’AC1200 DB est plombé par sa conception autour de deux antennes et d’autre part, il ne parvient même pas à proposer des débits au niveau du 802.11g. Comme évoqué plus tôt, nous avons contacté le support technique de Belkin, essayé tous les réglages possibles mais rien n’y a fait. Belkin doit sortir une version revue de ce routeur que l’on espère pouvoir tester à terme, mais d’ici là… disons que ce relevé illustre parfaitement la nécessité de lire les tests de périphériques WLAN avant achat, ainsi que l’importance pour ces derniers d’embarquer trois antennes. L’AC1200 DB se ferait sans aucun doute corriger par de nombreux routeurs 802.11g de 10 ans d’âge.

Tant que nous sommes sur le sujet des trois antennes, regardons l’AirLive : grâce à la technologie beamforming, le N450R (~115 €) parvient à d’excellents résultats et ce malgré le fait qu’il se contente du 802.11n sur la bande 5 GHz. Il va jusqu’à surpasser le routeur Buffalo, pourtant 802.11ac, dans le sens client à serveur. Globalement, le N450R se traine derrière tous les routeurs 11ac (exception faite de Belkin) mais les écarts ne sont pas énormes. A cet endroit et dans ce cadre d’usage, le N450R se révèle être un très bon rapport performances/prix, si ce n’est pas un modèle de référence pour le 802.11n.

Gardons à l’esprit que nous sommes dans la même pièce que le serveur, les conditions de test sont donc sensées être idéales. Cependant, les débits s’effondrent lorsque l’on passe sur la bande 2,4 GHz en 802.11n. Le débit ascendant (uplink) pour le Netgear R6300 parle de lui-même : 600 % d’écart ! Ce changement radical a de quoi laisser perplexe. Nous avons certes vu entre quatre et sept réseaux en concurrence dans notre espace à un moment donné, mais les signaux étaient assez faibles. De plus, l’AirLive N450R travaille en configuration d’antenne 2x2 sur la bande 2,4 GHz, ce que ne l’empêche pas de devancer tous ses concurrents à l’exception du routeur Asus. C’est à en perdre son latin. Pourquoi les modèles de Linksys et Netgear, lesquels ont bien entendu été vérifiés avant de répéter ce test, affichent-ils des débits aussi faibles ? Quoi qu’il en soit, il faut saluer la conception du RT-AC66U ainsi que l’efficacité du beamforming chez AirLive.

A partir du moment où l’on repasse sur la bande 5 GHz, mais avec une distance d’environ 21 mètres entre serveur et client, les cartes sont redistribuées. Précisons qu’au fil des ans, nous avons vu de nombreux routeurs échouer à cette distance et dans la même maison. Nombreux sont les modèles comme celui de Belkin qui n’ont jamais pu se connecter, d’où le fait que les débits en Mb/s à trois chiffres sur les quatre « vrais » routeurs 802.11ac nous semblent miraculeux. Il faut également tenir compte des proportions dans lesquelles les débits baissent entre les deux positions : nous sommes habitués à voir une chute de 60 à 80 % dans ces conditions or ici, les routeurs 802.11ac ne subissent presque aucune baisse. A vrai dire, on peut même voir que leurs performances sont susceptibles de progresser à cette distance.

Certes, l’AirLive a du mérite à afficher des débits moyens suffisants pour supporter plusieurs flux vidéos HD, mais ses rivaux sont capables d’à peu près trois fois mieux. Ce relevé nous a sidérés, au point de presque nous pousser à recommander le 802.11ac sans réserves.

Les tests à longue distance sur la bande 2,4 GHz ne sont pas surprenants : Asus et AirLive dominent à nouveau, le Belkin AC1200 DB n’arrive toujours pas à se connecter tandis que les trois autres routeurs sont à la traine par rapport au duo de tête. On verra plus loin quelles sont les répercussions de ces petits débits sur l’intégrité d’un streaming. Le résultat n’est pas des plus plaisants…

Donnez votre avis