Accueil » Actualité » 1 internaute français sur 3 va sur un site pirate

1 internaute français sur 3 va sur un site pirate

Image 1 : 1 internaute français sur 3 va sur un site pirateThe Walking Dead, une série populaire sur les sites « pirates »

Selon une étude de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (Alpa), reprise par Les Echos, 14 millions de Français visitent un site dit « pirate », c’est-à-dire dédié à la consommation de contenus violant les droits d’auteurs. Cela peut être des sites de streaming, ceux offrant des liens Torrents (cf. « The Pirate Bay mis hors ligne par un raid de la police suédoise ») ou qui proposent des téléchargements directs. L’étude ne prend pas en compte les sites dits légitimes, tels que YouTube ou Dailymotion qui peuvent aussi héberger du contenu qui n’est pas en règle, mais qui disposent de moyens de recours assez facile pour les ayants droit.

Une tendance qui va s’amplifier

Ce chiffre est en hausse de 500 000 internautes par rapport à 2014. On observe d’ailleurs une progression assez stable depuis 2011 où l’on était à 12,2 millions de Français. On peut aussi souligner que l’étude ne compte que les visites depuis un PC et n’inclut pas les visites depuis un smartphone ou une tablette, ce qui nous semble fausser les chiffres, vu que notre consommation multimédia s’effectue de plus en plus sur ces terminaux. Il sera intéressant de voir si la popularisation de Netflix, qui célèbre sa première année en France, va changer les choses. Nous ne sommes néanmoins pas convaincus que c’est le cas. Dans l’absolu, les offres de services à la demande sont souvent peu pratiques, leurs catalogues ne sont souvent pas assez fournis et les prix pratiqués par certains sont souvent élevés, alors que le streaming ou le peer-to-peer est rentré dans les habitudes.

Il faut aussi souligner que comme l’a montré une étude de Médiamétrie publiée en janvier dernier, le public qui visite le plus ces sites « pirates » est aussi celui qui a tendance à délaisser le poste de télévision au profit de terminaux mobiles ou de son PC. Or, si ce que l’utilisateur recherche n’est pas facilement accessible, ou disponible, il va se tourner vers ces sites qui sont très connus de ce public. Vu que cette population va continuer de croître, on peut s’attendre à ce que la popularité de ces sites pirates augmente aussi.