Accueil » Dossier » [10 ans] Laurent Sorbier « mon nouveau job à 3 heures du matin dans une boite des Champs-Elysées »

[10 ans] Laurent Sorbier « mon nouveau job à 3 heures du matin dans une boite des Champs-Elysées »

Laurent Sorbier

Laurent Sorbier est actuellement Conseiller référendaire à la Cour des comptes, Maître de conférences à l’Université Paris Dauphine et rapporteur général de la Commission du dividende numérique. Auparavant, il a exercé le rôle de Conseiller technique chargé de la société de l’information et des télécommunications au Cabinet du Premier ministre. Il a également été Directeur Général d’eAuctionRoom Ltd et Vice-Président de Spray France.

Image 1 : [10 ans] Laurent Sorbier "mon nouveau job à 3 heures du matin dans une boite des Champs-Elysées"1999 a été une année folle et passionnante. Il se dégageait une énergie extraordinaire et une euphorie créative.  Nous avions la liberté de tester des choses. Beaucoup d’entreprises avaient un souci d’audience et de marques mais pas un souci de rentabilité immédiate.

J’arrivais d’un milieu très normé et cravaté puisque j’étais à l’époque chargé de Mission pour les technologies et la société de l’information au Commissariat Général du Plan. Avec Internet les codes de vie quotidienne, vestimentaires et hiérarchiques étaient modifiés. On assistait à une rencontre de profils qu’on n’avait jamais vu auparavant et rien de tel ne s’est reproduit depuis. Le banquier de chez Lazard et l’autodidacte qui venait de créer sa start-up se côtoyaient.

Même si Spray n’a pas connu ça, c’était l’époque où dans des soirées comme les First Tuesday les gens levaient de l’argent avec 3 slides ou un bout de papier.

Les discussions débutaient après le travail au restaurant et se prolongeaient dans les boîtes de nuit branchées de Paris. Je me souviens avoir eu des négociations sur mon nouveau job à 3 heures du matin dans une boite des Champs-Elysées.

Image 2 : [10 ans] Laurent Sorbier "mon nouveau job à 3 heures du matin dans une boite des Champs-Elysées"Mon recrutement pour Spray [site portail et fournisseur d’accès à Internet, ndlr] a eu lieu en juin et le lancement officiel s’est fait en octobre. On est parti de zéro. On travaillait énormément, le rythme était dément. Nous allions de l’euphorie à un relatif épuisement. Nous avions une pression énorme : il fallait que l’on soit dans le top 10 de l’audience.

On testait des tas de modèles à la fois. On proposait déjà un service de rencontre avec Spray Date et même un site gay avec Yarps (Spray à l’envers). On était les premiers avec CanalWeb à offrir une TV sur le Net, de l’écoute en streaming à la Deezer et des contenus vidéo. Mais il n’y avait pas encore de haut débit. Les rares à avoir le câble avec Cybercâble surfaient en 512 Kbits/s pour les autres c’était du 56 Kbits/s. Alors forcément la vidéo…

J’ai vécu un ouragan pendant 6 mois. Et à la fin de l’année 99, il y a eu la tempête. J’habitais à l’époque un dernier étage et je me souviens que la verrière étaient tombée et se trouvait suspendue à un fil. A l’époque, j’ai fait un parallèle avec l’Ouragan Internet.