Accueil » Actualité » 13e trimestre de baisse pour IBM

13e trimestre de baisse pour IBM

Image 1 : 13e trimestre de baisse pour IBMUne puce IBM

IBM vient d’annoncer ses résultats financiers pour son deuxième trimestre 2015. Son chiffre d’affaires est de 20,81 milliards de dollars (19,22 milliards d’euros), ce qui représente une baisse de 13,5 % par rapport à la même période l’année dernière. Ses bénéfices sont de 3,45 milliards de dollars (3,19 milliards d’euros), ce qui représente une baisse de 16,6 %. Virginia Rometty, la P.D.G d’IBM, a expliqué que la société continuait d’investir dans le cloud et les solutions d’analyses. Elle tente de continuer la reconversion de la société en se concentrant sur les services aux entreprises. C’est néanmoins une période difficile pour l’entreprise qui annonce maintenant son 13e trimestre de baisse consécutif .

IBM continue d’avoir de sérieux problème

Si l’on se concentre sur les activités de la société, tout est en baisse. Les services technologiques globaux perdent 10 %, contre 12 % pour les services aux entreprises. La division logicielle perd 10 %, contre 32 % pour les systèmes matériels. Cela est en partie dû au fait qu’il a revendu ses serveurs x86 à Lenovo (cf. « Lenovo rachète les serveurs x86 d’IBM pour 2,3 milliards de dollars ») et que le manque de revenu se fait sentir. Néanmoins, la division en question a tout de même des problèmes puisque le chiffre d’affaires réalisé sur la vente de système de stockage est en baisse de 10 %, contre 1 % pour les revenus générés par la vente de Power Systems. Bref, la tendance est très similaire à celle du trimestre dernier (cf. « 12e trimestre de baisse pour IBM »).

Le but semble être de grandement réduire IBM

Pour montrer que la restructuration avance, IBM a combiné le chiffre d’affaires de ses solutions cloud et d’analyses dans une catégorie informelle nommée « impératifs stratégiques » en affirmant qu’elle a connu une augmentation de 20 % par rapport à la même période l’année dernière. Il faut néanmoins souligner qu’il parlait à peine de ces « impératifs stratégiques » lors de la publication des résultats du deuxième trimestre 2014 et que ces chiffres semblent être une sorte de recalculation de sous-division pour montrer que tout n’est pas catastrophique. Néanmoins, le chiffre d’affaires de cette catégorie est avant tout composé de ses revenus en provenance du cloud qui représentent une très petite partie de son chiffre d’affaires actuel. Concrètement, cela signifie donc que l’IBM de Mme Rometty sera beaucoup plus petit qu’aujourd’hui, ce qui signifie qu’il faut encore s’attendre à des baisses de chiffre d’affaires encore plus importantes et très probablement des licenciements.