Accueil » Actualité » 18 °C gagnés en changeant la pâte thermique des Skylake

18 °C gagnés en changeant la pâte thermique des Skylake

Image 1 : 18 °C gagnés en changeant la pâte thermique des SkylakePremier aperçu du die d’un Core i7 6700K (image : PC Watch)

Intel, une fois n’est pas coutume a sorti ses processeurs Skylake sans rien dire ou presque de leur architecture, de leur composition. Qu’à cela ne tienne, certains téméraires n’ont pas hésité à démonter leur CPU pour découvrir un peu plus en détail ce qui se cache à l’intérieur et ils ont eu une désagréable surprise : Intel semble avoir à nouveau négligé la pâte thermique de ses derniers processeurs.

Rappelons que pour simplifier le montage des ventirads CPU, Intel protège ses puces par une plaque de métal, communément appelée le heatspreader (le répartisseur de chaleur, ou IHS). Cet IHS n’est pas en contact direct que le silicium du processeur : une pâte thermique est glissée entre les deux (le Thermal Interface Material ou TIM). Son rôle dans le refroidissement du processeur est critique : si elle ne conduit pas bien la chaleur vers le heatspreader, le die va surchauffer, quelle que soit la taille du ventirad placé au-dessus. Mais Intel cherche parfois à faire trop d’économies. Si les premiers processeurs Haswell étaient décevants en overclocking, c’était justement à cause de leur TIM. Intel a eu beau jeu, un an plus tard, de sortir des Haswell Devil’s Canyon, dotés d’un meilleur TIM et capables de monter plus haut en fréquence (comme le Core i7-4790K).

Revenons à nos Skylake. Deux sources indépendantes, PC Watch et un overclocker connu sous le pseudonyme Splave, ont retiré les heatspreader de  leurs processeurs Skylake. Ils ont alors remplacé le TIM d’Intel par de la pâte thermique à haute performance (de la Liquid Pro de CoolLaboratory pour PCWatch et un composé « maison » pour Splave) et remis le heatspreader. Cet échange a fait baisser la température de 18 °C pour Splave (à 5,1 GHz sous 1,48 V) et de 20 °C pour PC Watch (4,6 GHz à 1,325 V). 

L’histoire semble donc se répéter : comme Haswell, Skylake sort avec peu de marge d’overclocking et il est facile d’imaginer que comme les Devil’s Canyon, les Kaby Lake de 2016 corrigeront ce défaut.