Intel Atom : le processeur économe

1 : Introduction 2 : Intel et la diminution de la consommation 3 : Atom Z500 et SCH (Poulsbo) 4 : Atom N200 et i945 5 : Atom : in-order et HyperThreading 6 : Atom : caches et FSB 8 : Atom contre Pentium E et Sempron 9 : Atom contre C7 et Celeron-M 10 : Overclocking et 3D 11 : Conclusion

La gestion de la consommation : tests et théorie

La consommation est au centre de la plateforme d’Intel, et la société a essayé de soigner celle-ci. En dehors du chipset, qui consomme finalement beaucoup en comparaison du processeur, l’Atom en lui-même dispose de beaucoup de fonctions intéressantes.

Le bus et le cache

Nous en avons déjà parlé, Intel a fait des efforts sur le bus et sur le cache : un mode différent pour le bus a été développé (le mode CMOS) et le cache peut être désactivé en partie en fonction de son utilisation. Ces fonctions permettent de diminuer la consommation, tout comme l’utilisation d’une architecture in-order et l’utilisation de SRAM 8-T pour la mémoire cache de niveau 1.

La gestion C6

La gestion de l'énergie de l'Atom est très similaire à celle des Core 2En plus de la tension d’alimentation du CPU, assez faible (1,05 V), l’Atom inaugure un nouveau mode de mise en veille : le C6. Petit rappel : les modes C (0 à 6) sont les modes de mise en veille de la machine, plus on avance dans les modes, moins le CPU consomme. En mode C6, tout le processeur est pratiquement désactivé : seule une mémoire cache de quelques Ko (10,5) est gardée activée pour stocker l’état des registres. Dans ce mode, le cache L2 est vidé et désactivé, la tension d’alimentation passe à seulement 0,3 V et seule une petite partie du processeur reste activée, pour le réveil. Le processeur peut passer en mode C6 en environ 100 microsecondes, ce qui est intéressant. En pratique, Intel parle de 90 % du temps en mode C6, ce qui permet de limiter la consommation (bien évidemment, il ne faut ni lancer un programme qui demande beaucoup de puissances CPU ni même regarder une vidéo en Flash pour passer dans ce mode).

Rappelons tout de même que les deux chipsets prévus pour accompagner les Atom N200 restent consommateurs : les Atom 230 sont liés au i945GC qui consomme 22 W (4 W pour le CPU) et les Atom N270 sont livrés avec le i945GSE qui consomme 5,5 W (2,4 W pour le CPU).

En pratique

Est-ce que l’Atom consomme peu en pratique ? Pour le processeur, oui. Pour la plateforme destinée au Nettop (les ordinateurs de bureau à bas prix), oui mais. Mais car le chipset utilisé consomme beaucoup et que le processeur utilisé est donné pour un TDP de 4 W contre 2,4 W dans les versions mobiles. Notre carte mère de test consomme 59 W en veille et nous sommes arrivés à 62 W en charge au maximum (avec un disque dur 3,5 pouces et une barrette de DDR2 de 1 Go). Bien évidemment, ces valeurs sont celles mesurées pour la plateforme complète, pas uniquement la carte mère, et elles ne prennent pas en compte les pertes de l’alimentation (notrs modèle de test offre un rendement de 80 % environ). C’est peu et beaucoup à la fois : peu pour une machine de bureau, c’est évident, mais aussi beaucoup dans l’absolu. Notons tout de même que nous avons testé récemment une carte mère à base de C7 1,5 GHz et que l’ensemble consommait moins avec les mêmes composants : 49 W en idle et 59 W en charge (au niveau de la prise, toujours).

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Intel et la diminution de la consommation
  3. Atom Z500 et SCH (Poulsbo)
  4. Atom N200 et i945
  5. Atom : in-order et HyperThreading
  6. Atom : caches et FSB
  7. La gestion de la consommation : tests et théorie
  8. Atom contre Pentium E et Sempron
  9. Atom contre C7 et Celeron-M
  10. Overclocking et 3D
  11. Conclusion