Des ordinateurs aux excitons

Des physiciens de l’Université de San Diego ont développé un circuit intégré utilisant des excitons et capable de fonctionner à une température qu’il est possible d’obtenir avec de l’azote liquide.

Excitons

Les excitons sont des quasi-particules. Il s’agit de paires d’électron-trou dans un semiconducteur composé d’arséniure de gallium. Lié par les forces de Coulomb, lorsque le trou et les électrons se rencontrent, l’exciton se désintègre, relâchant son énergie sous la forme d’un flash de lumière. Ce n’est pas la première fois que des chercheurs parlent d’un ordinateur aux excitons, mais auparavant, ce genre de puce ne fonctionnait qu’à 1,5 K (-271,65° C), ce qui est plus froid que le vide intersidéral et seulement possible en laboratoire.

Un petit pas pour l’homme, quid de l’humanité ?

Les scientifiques américains ont néanmoins réussi à créer une puce pouvant fonctionner à 125 K (-148,15° C). Le but est de continuer pour avoir une puce aux excitons capable de fonctionner à température ambiante. Nous sommes encore très loin d’une commercialisation qui pourrait ne jamais arriver, mais une chose est sûre, de plus en plus de têtes se penchent sur l’utilisation de méthodes optiques pour améliorer les communications numériques et les excitons sont équivalents au Saint Graal. Il n’y a, en effet, plus besoin de perdre du temps à convertir un signal électrique en un signal optique puisque l’excitons le fait automatiquement.