Qu’attendre du GMA 3150 de l’Atom ?

La nouvelle plateforme Intel Atom est là, et le vénérable GMA 950 (qui date tout de même de 2005) est enfin remplacé. En effet, Intel a intégré, directement dans le processeur, un « nouveau » GPU, le GMA 3150. Une révolution ? Pas tellement, uniquement une simple évolution.

Rien de neuf

Commençons par ce qui fait mal : le GMA 3150 n’est qu’un GMA 3100 modifié, lui-même un simple GMA 950 overclocké. Concrètement, un GMA 3150 ne fait pas plus de choses qu’un GMA 950 mais il le fait un peu plus vite : on passe de 133 MHz (dans les netbooks) et 400 MHz (dans les nettops) à 200 MHz (netbooks) et 400 MHz (nettops). Les fonctions sont les mêmes : DirectX 9, pas de prise en charge des Vertex Shaders par le GPU (ils sont émulés sur le CPU), pas d’accélération vidéo des formats HD (seul le MPEG2 est de la partie), etc. Concrètement, ce qui fonctionne avec un GMA 950 fonctionnera avec un GMA 3150, et ce qui ne fonctionne pas ne fonctionnera toujours pas. Autre défaut, Intel limite fortement les sorties : on dispose d’une sortie VGA avec un RAMDAC à 350 MHz (2 048 x 1 536 à 75 Hz) et d’une sortie LVDS (pour les écrans de portables) limitée au 1 366 x 768. Pour que les machines soient équipées d’une sortie DVI ou HDMI, il faudra donc une puce supplémentaire, un surcoût que seuls les fabricants de nettops (sans que ce soit certain) envisageront.

Les autres informations

Pour le reste, la puce n’a pas que des défauts : l’ensemble consomme moins. Même si la fréquence augmente, la finesse de gravure de la puce (45 nm) permet de diminuer la consommation, surtout face à un GMA 950 en 90 nm. Reste un défaut : alors que l’ancienne plateforme proposait de gérer des cartes graphiques externes via les lignes PCI-Express du northbridge, c’est impossible ici. Les éventuelles cartes graphiques à placer en parallèle du GMA 3150 devront donc se contenter des 4 lignes PCI-Express du southbridge (et il y en a au moins une de réservée à la puce Wi-Fi dans la majorité des cas).

En pratique, la partie graphique du nouvel Atom n’évolue pas : on reste sur du (très) bas de gamme, sans réelles nouveautés et le gain en fréquence n’est pas intéressant dans la pratique. En fait, nous ne regrettons qu’une chose : qu’Intel n’ait pas intégré, en lieu et place de sa technologie, un GMA 500 (basé sur une technologie PowerVR). Ce dernier est en effet fonctionnellement à des années lumières du GMA 3150 mais ses performances restent faibles et Intel a semble-t-il beaucoup de mal à proposer des pilotes efficaces pour cette puce.