Brûlé par un portable

Des scientifiques suisses ont publié un papier détaillant les dommages cutanés provoqués par l’utilisation prolongée d’un ordinateur portable sur les genoux d’un garçon de douze ans.

Pigmentation anormale de la peau

C’est ce qu’ils appellent le syndrome de la peau grillée et leurs travaux sont parus dans la revue Pediatrics. Le patient est le plus jeune cas parmi les dix recensés dans l’article, le plus ancien remontant à 2004. Le syndrome désigne une dermatose (affection cutanée) érythémateuse ab igne qui se manifeste par la présence de rougeurs rectangulaires ou de démartose télangiectasique (dilatation visible des petits vaisseaux de la peau) dans des cas plus rares. Les marques asymétriques sont situées au niveau des cuisses, puisque c’est l’endroit qui rentre en contact avec la partie la plus chaude de l’ordinateur.

Cette affection n’est pas nouvelle. Les patients souffrants de douleurs chroniques et qui utilisent des chaufferettes à répétitions ou ceux constamment exposés à des surfaces chaudes souffrent des mêmes symptômes. Dans les cas les moins graves, l’éloignement de la source de chaleur résout le problème et permet à la peau de retrouver un état normal. Néanmoins, dans les cas les plus graves les dommages sont permanents et le risque de carcinome spinocellulaire demande souvent une biopsie de la peau dans les cas de douleur persistante pour déterminer s’il y a cancer. Une pigmentation anormale peut être estompée avec des traitements au laser ou de la trétinoïne.

Les dangers des ordinateurs portables

Le papier est intéressant, car c’est la première fois, à notre connaissance, que l’on documente un ordinateur portable comme la cause de cette affection. Les utilisateurs se sont tous rendus compte que la machine était chaude (une d’entre elles a été enregistrée à 50 °C), mais n’ont pas changé la position de l’appareil, restant dans cette situation approximativement six heures par jour.

Les scientifiques conseillent l’utilisation de protections bloquant la chaleur et encouragent les fabricants à placer un avertissement sur leurs produits. Nous conseillons aussi une cuillère à soupe de bon sens trois fois par jour minimum.