Le verre métallique, le matériau de demain ?

Des universitaires ont créé le matériau le plus résistant et le plus tenace au monde. Il s’agit d’un verre métallique qui allie du palladium pour rester plus léger que l’acier et posséder des propriétés similaires à un alliage utilisant de l’aluminium ou du titane.

Résistance et ténacité

La résistance est définie par la force qu’il est possible d’appliquer avant que le matériau se déforme. La ténacité est l’énergie requise pour le fracturer ou le casser. Généralement, les matériaux privilégient un des aspects au détriment de l’autre. Par exemple, le verre de la coque de l’iPhone est résistant. Il ne se déforme pas facilement. Néanmoins, il se brise malheureusement trop facilement, montrant une faible ténacité. Inversement, la coque vendue par Apple se déforme très facilement mais fait preuve d’une ténacité importante. Bref, il est conseillé de protéger son smartphone avec une housse.

Plus sérieusement, cela explique pourquoi Samsung utilise du plastique souple pour ses écrans flexibles, ce matériau combinant à la fois une résistance et une ténacité importante (cf. « Écran AMOLED flexible chez Samsung »).  Les scientifiques californiens qui ont travaillé sur ce verre métallique expliquent qu’il existe des matériaux plus tenaces ou plus résistants que le leur, mais cela se fait toujours au détriment de l’autre caractéristique.

Vers de nouveaux concepts

Pourquoi parler de ce matériau dans nos colonnes ? Parce que nos téléphones, nos téléviseurs et nos ordinateurs portables utilisent tous du verre qui a été renforcé. Le Gorilla Glass de Corning, qui est apposé sur la nouvelle Surface de Microsoft ou sur les téléviseurs Sony présentés au CES 2011 est le plus connu.

Ce verre métallique pourrait accroître la résistance de ces matériaux pour changer complètement les designs qui sont aujourd’hui possibles avec du verre. Ce matériau n’a pas de structure cristalline, car il est composé de palladium, silicium, germanium et d’argent. Le nombre important de différents composants empêche la formation de cristaux. En conséquence, ce verre est aujourd’hui cher et difficile à produire, mais c’est un premier pas important vers des matériaux qui redéfineront ce qu’il est possible de concevoir avec du verre.

Les résultats ont été publié dans la revue Nature Materials.