Test AMD Bulldozer : FX-8150

1 : Introduction 2 : Carte-mère : AM3+ obligatoire 3 : Architecture Bulldozer : le concept 4 : Détails de l’architecture (1) 5 : Détails de l’architecture (2) 6 : Performances par core 7 : Gestion de la consommation 8 : Le Turbo Core remanié 9 : Feuille de route AMD 2011-2014 10 : AMD Zambezi, Valencia et Interlagos 11 : Configuration de test et benchmarks 12 : Résultats : PCMark 7 13 : Résultats : 3DMark 11 14 : Résultats : Sandra 2011 15 : Résultats : création de contenu 16 : Résultats : bureautique 17 : Résultats : encodage 18 : Résultats : Crysis 2 19 : Résultats : F1 2011 20 : Résultats : World of Warcraft: Cataclysm 21 : Overclocking (refroidissement par air) 22 : Consommation 23 : Premier aperçu de Bulldozer sous Windows 8

Conclusion

S’il fallait faire un choix entre un Core i5-2500K à 190 euros et un FX-8150 à 245 $ (ce qui devrait se traduire par environ 220 euros chez nous à en juger par les premiers référencements en Europe), notre choix se porterait vers le premier. Nous lui avions déjà décerné un prix lors de son test en janvier dernier et près d’un an plus tard, il offre encore un rapport performances/prix très bon.

Dans le meilleur des cas de figure pour AMD, c’est-à-dire un environnement multithread qui sollicite pleinement les huit cores de Zambezi, le FX-8150 se place entre le 2500K et le 2600K. Compte tenu de son positionnement tarifaire ce devrait toujours être le cas, mais le processeur d’AMD peut tout aussi bien dépasser le 2600K que s’incliner de manière embarrassante devant le Phenom II X6 1100T suivant les situations.

Lorsque l’on a affaire à des programmes monothread comme Lame ou WinZip, le FX-8150 est même surclassé par le Core i7-920 qui en plus d’avoir trois ans n’est cadencé qu’à 2,66 GHz (contre 3,6 GHz). Les ingénieurs d’AMD ont beau affirmer que Bulldozer a été conçu pour exécuter un nombre instructions par seconde (IPC) stable et permettre des fréquences élevées, on sent que la firme texane a rencontré des problèmes en route.

Le discours officiel a quelque chose d’ironique vu qu’AMD met en avant la possibilité d’échelonner les performances de Bulldozer ainsi que leur stabilité. On voit le même problème se répéter : la compétitivité du processeur dépend du logiciel et lorsque celui-ci ne permet pas d’exploiter les possibilités multi-thread, on se retrouve avec des performances légèrement inférieures à celles de Thuban. Bien qu’AMD ait implémenté un mode Turbo Core plus efficace pour optimiser les performances monothread, les écarts de performances entre les programmes pas ou peu threadés et ceux qui le sont massivement est criante.

Néanmoins, AMD précise à juste titre que Bulldozer est une jeune architecture pour laquelle une feuille de route offensive a été prévue : on distingue déjà une architecture de jeu d’instructions (ISA) portée vers l’avenir. Le prix du FX-8150 est justifié lorsque les logiciels peuvent tirer parti de ces choix, mais les compromis dans les autres cas de figure rendent tout de même la pilule amère.

Une architecture aux bases saines ?

AMD prévoit de faire gagner 10 à 15 % de performances supplémentaires par an à Bulldozer. Si l’importance des progrès architecturaux est évidente, l’évolution du logiciel devra l’être tout autant. Vu la modularité de Zambezi, les progrès passeront par une hausse des fréquences, une vraie amélioration du nombre d’IPC ainsi qu’une consommation optimisée.

On peut donc s’attendre à ce que Piledriver (prévu pour 2012) corrige le tir en commençant par s’appuyer sur des améliorations au niveau IPC, ce qui est indispensable pour que l’architecture offre des performances plus équilibrées.

Le problème est que le temps presse : Sandy Bridge a presque un an et c’est donc face à Ivy Bridge qu’AMD devra lutter l’année prochaine… la situation actuelle n’est pas satisfaisante parce que l’on veut voir une vraie concurrence à tous les niveaux de prix, un contexte dans lequel AMD et Intel seraient contraints d’innover sans cesse. Le FX Zambezi peut-il se comparer à l’Athlon 64 FX-51 ? La réponse est évidemment non, AMD ayant frappé tellement fort il y a 8 ans qu’Intel avait du renommer un Xeon avec le suffixe Extreme Edition pour se remettre dans la course. Pire encore, les 2500K et 2600K n’ont même pas besoin d’une baisse de prix pour rester compétitifs.

Si l’on compte bien sur Valencia et Interlagos pour donner plus de fil à retordre aux Xeon du côté des serveurs, nous sommes déçus de voir Zambezi afficher des performances comparables à celles des CPU Intel milieu de gamme 2010, une consommation équivalente à celle des processeurs très haut de gamme de la concurrence et enfin porter un préfixe qui faisait trembler le géant de Santa Clara il y a 8 ans.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Carte-mère : AM3+ obligatoire
  3. Architecture Bulldozer : le concept
  4. Détails de l’architecture (1)
  5. Détails de l’architecture (2)
  6. Performances par core
  7. Gestion de la consommation
  8. Le Turbo Core remanié
  9. Feuille de route AMD 2011-2014
  10. AMD Zambezi, Valencia et Interlagos
  11. Configuration de test et benchmarks
  12. Résultats : PCMark 7
  13. Résultats : 3DMark 11
  14. Résultats : Sandra 2011
  15. Résultats : création de contenu
  16. Résultats : bureautique
  17. Résultats : encodage
  18. Résultats : Crysis 2
  19. Résultats : F1 2011
  20. Résultats : World of Warcraft: Cataclysm
  21. Overclocking (refroidissement par air)
  22. Consommation
  23. Premier aperçu de Bulldozer sous Windows 8
  24. Conclusion