Comment bien utiliser son NAS

2 : Quel type de NAS choisir ? 3 : Le meilleur mode RAID pour protéger les données ? 4 : RAID 5 et RAID 6 : haute redondance, haute capacité 5 : Sauvegarder vos données : sur site, hors site et dans le cloud 6 : Synchronisation et réplication des données 7 : Conclusion

Introduction

À l’heure actuelle, alors que les connexions Internet haute vitesse et le stockage en cloud s’imposent de plus en plus comme la norme, on peut se demander s’il n’est pas un peu dépassé de persister à stocker ses données localement. Pour autant, aujourd’hui encore, rien n’arrive à la cheville du stockage local quand il s’agit de sauvegarder des données importantes dont la disponibilité doit être assurée en permanence.

En entreprise, une simple interruption de connexion Internet peut mettre toutes les activités à l’arrêt si les employés se fient à une application web ou à des documents enregistrés dans le cloud. Certes, les entreprises de plus grande taille ont généralement des plans d’urgence (sans oublier le fait qu’elles payent souvent pour des connexions redondantes), mais il s’agit là de solutions que les petites et moyennes entreprises, les consultants et les indépendants ne peuvent que rarement s’offrir.

Les petites entreprises en sont-elles réduites aux petites solutions ?

L’infrastructure informatique des petites entreprises est souvent très bariolée. Pour réduire les coûts, c’est le propriétaire, un employé ou une connaissance qui en assure la maintenance, ce qui a tendance à engendrer certaines particularités, voire bizarreries.

Il arrive fréquemment que les fichiers soient stockés sur les postes de travail des employés et partagés sur le réseau. Pour mettre à jour un fichier, on le copie, ce qui engendre très rapidement le chaos. Gestion centralisée des fichiers, stratégie de sauvegarde des postes de travail et des données résidant sur ces machines, plan de restauration en cas de catastrophe : dans bien des cas, aucun de ces concepts, pourtant essentiels, n’est mis en place.

Pourtant, il existe une solution simple. Bien entendu, les détails des besoins en matière de gestion des données varient d’une PME à l’autre, mais la majeure partie d’entre eux peuvent être comblés par un seul et même type d’appareil : un NAS (Network Attached Storage).

L’homme à tout faire du réseau

En théorie, peu importe que le NAS soit un ordinateur de bureau reconverti, un serveur ou un appareil spécialement conçu pour cette tâche ; en pratique, toutefois, cette dernière solution est la plus simple à mettre en œuvre car elle fonctionne pratiquement sans configuration, contrairement aux deux premières (qu’elles fonctionnent sous Windows ou sous Linux). Configurer un serveur pour lui faire assumer le rôle de NAS prend du temps (et donc de l’argent) et, en raison de la complexité inhérente à la tâche, se révèle souvent être un chemin semé d’embûches.

L’achat d’un appareil préconfiguré auprès d’un fabricant comme Asustor, Buffalo, Qnap, Synology ou Thecus peut donc représenter une meilleure solution pour les petites et moyennes structures, d’autant plus que de nos jours, ces appareils assurent bien plus que le simple partage de fichiers sur le réseau : bon nombre d’entre eux sont équipés d’un serveur web et d’un serveur de base de données, gèrent la sauvegarde périodique sur divers supports, peuvent synchroniser des dossiers entre plusieurs appareils et prennent en charge les réseaux hétérogènes.

Dans cet article, nous allons vous montrer comment, lorsqu’on est un indépendant ou une PME, utiliser au mieux son NAS pour sauvegarder les postes de travail, mettre en place un plan de restauration en cas de sinistre, synchroniser ou répliquer les données entre ordinateurs ou supports, et ce, de manière professionnelle.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Quel type de NAS choisir ?
  3. Le meilleur mode RAID pour protéger les données ?
  4. RAID 5 et RAID 6 : haute redondance, haute capacité
  5. Sauvegarder vos données : sur site, hors site et dans le cloud
  6. Synchronisation et réplication des données
  7. Conclusion