Une batterie à combustible en aluminium

La cellule de la pile à combustible

Gianmario Scotti de l’université d’Aalto en Finlande a publié un papier montrant qu’il était possible de fabriquer une pile à combustible utilisant des cellules en aluminium de 14 mm2 et d’une épaisseur de moins d’un millimètre. La pile utilise aussi de l’éthanol au lieu du méthanol, plus dangereux.

Autour 2010, les marchés pensaient que la pile à combustible allait changer le monde (cf. « En 2017, les smartphones auront des piles à combustible »), mais depuis quelques années, on n’entend plus beaucoup parlé de ces batteries.

Des bouts de solutions

Elles ont des problèmes qui les empêchent d’être viables à grande échelle. Le méthanol est dangereux et une recharge n’est pas toujours facile à transporter. La réaction chimique qui a lieu au sein de la cellule demande de l’oxygène et un air pollué peut endommager son fonctionnement. Elles sont aussi larges et peu pratiques (cf. « Des piles à combustibles grand public enfin en vente ! »).

Le papier d’aujourd’hui est intéressant, car il propose une solution à certains de ces problèmes. Il faut maintenant pouvoir les étendre à des processus de fabrication en masse, ce qui n’est pas une mince affaire.