Notre essai de la réalité virtuelle sans-fil sur HTC Vive, par une PME française

Une PME française a trouvé la solution à l’un des gros désagréments des casques de réalité virtuelle : les câbles. Grâce à sa technologie venue du monde du Cloud gaming, Scalable Graphics est capable de relier le HTC Vive en WiFi.

Un HTC Vive sans fil !

Ludres, bourgade de 6 500 habitants située près de Nancy, abrite une petite révolution technologique. On y trouve en effet l’entreprise Scalable Graphics qui a développé une technologie permettant de supprimer les énormes câbles qui relient les casques comme le HTC Vive et dans lesquels l’utilisateur se prend trop souvent les pieds.

Libéré des fils et des PC dans le dos

Pour supprimer ces câbles, de nombreux fabricants de PC ont eu une autre idée : faire des PC-sac-à-dos. Cela résout le problème des câbles, mais créé de nouvelles contraintes : ces PC sac à dos ne peuvent pas embarquer les cartes graphiques les plus puissantes et le joueur doit supporter le poids d’un PC complet plus de grosses batteries. La solution de Scalable Graphics est beaucoup plus pratique.

A lire aussi :
Computex : notre essai du MSI BackPack PC, pas trop lourd et bien fixé !
Computex : sac à dos VR de Zotac, tout ce qu’il faut savoir
Computex : autonomie, configuration, tout sur le sac à dos VR BackPack PC de MSI
HP met un PC dans un sac à dos, pour mieux bouger dans la réalité virtuelle
Réalité virtuelle : le sac à dos d’Alienware utilise une Radeon

Le prototype actuel repose sur un Intel Compute Stick porté à la ceinture avec sa batterie et d’une seconde batterie pour alimenter le casque en lui-même et… c’est tout ! Avec ces blocs de 10 000 mAh, l’autonomie atteint environ 6 h. Le rendu du jeu ou de l’application VR est effectué sur un PC fixe qui peut être aussi puissant que désiré. Le flux vidéo est ensuite encodé en H.264 et diffusé vers le casque en Wi-Fi. Le Compute Stick reçoit et décode le flux vidéo et l’affiche sur le casque.

Réalité virtuelle sans fil, par Scalable Graphics

Du Cloud gaming local

Lorsqu’on évoque une solution sans fil, la première crainte est qu’elle augmente la latence. Mais Scalable Graphics assure que sa solution n’ajoute que 16 ms de latence. Et après avoir essayé le prototype pendant plusieurs minutes, nous pouvons affirmer que la latence supplémentaire ne gâche pas l’expérience en réalité virtuelle. On ne perçoit pas de décalage ou de gène dans l’interaction avec le monde virtuel. Cependant, nous n’avons pas essayé de jeux très rapides exigeants comme un CS: GO.

Cette faible latence est due au savoir-faire que Scalable Graphics a acquis en développant un middleware permettant de créer une plateforme de Cloud gaming sur l’infrastructure d’Amazon. Elle a appliqué les mêmes concepts au Vive, en remplaçant simplement le couple serveur cloud/PC client par le couple PC de jeux/Compute Stick. Le microPC d’Intel est suffisamment rapide dans sa version Core m3 pour que le décodage du flux vidéo n’ajoute que 4 ms environ. L’encodage lui, est réalisé matériellement par le GPU. Pour le moment, seules les puces de Nvidia sont supportées, mais les Radeon devraient suivre et pourquoi pas les processeurs Intel qui intègrent aussi un encodeur vidéo.

La ceinture avec à gauche la batterie dédiée au Vive, à droite le Compute Stick Core m3 et sa propre batterie.

Pour que tout fonctionne bien, le seul impératif est d’avoir un réseau Wi-Fi à la hauteur. Le flux vidéo diffusé réclame en effet entre 40 et 80 Mbit/s. C’est aujourd’hui facile pour les routeurs Wi-Fi ac, qui atteignent plus de 1 Gbit/s, mais encore très limite pour des installations Wi-Fi grand public, basées sur les box des opérateurs.

Scalable Graphics prévoit de commercialiser tout d’abord sa solution aux entreprises, les premiers clients devant être servis d’ici deux semaines. La PME pourrait ensuite mettre au point une version grand public, mieux intégrée et facile à installer. Un petit doigt nous dit que si l’entreprise lançait un Kickstarter, il rencontrerait un joli succès.