Ma Vie d’Overclockeur, Episode 1 : gagner la compétition RealBench Challenge I

La vie d’un overclockeur, c’est rarement paisible, surtout quand il oublie la date de fin d’une compétition importante… Petit retour en arrière de quelques jours pour tout vous raconter.

Début septembre Asus annonce le lancement de la compétition nommée RealBench Challenge 2016, un concours international d’overclocking sans restriction de niveau ou d’ancienneté. Voilà qui semble intéressant pour un bon vieil overclockeur comme moi, Wizerty…

C’est donc avec envie que je me plonge dans le règlement afin de déterminer la configuration que j’utiliserai pour le combat. Parmi la multitude d’informations, trois d’entre elles sont particulièrement importantes :

  • Limitation aux processeurs dotés de quatre cœurs : 6700K dans les starting-blocks.
  • Limitation aux systèmes de refroidissement non extrême (20°C minimum) : mon watercooling custom
  • Limitation à une seule carte graphique : Pas de SLI ni CrossFire

RealBench pour faire ses preuves

Realbench est un benchmark assez intéressant qui évalue les aptitudes de votre machine au travers d’une série de tests. Sans entrer dans les détails, nous pourrions décomposer celui-ci en quatre parties.

  • Édition d’image : test sollicitant un seul cœur du processeur.
  • Encodage vidéo : test sollicitant tous les cœurs du processeur.
  • OpenCL : test évaluant les capacités en openCL de la machine.
  • Multitâche lourd : test sollicitant tous les cœurs du processeur.

À armes égales, ou pas…

Le Core i7-6700K est forcément mon choix le plus logique. J’utiliserai donc ma configuration, équipée d’une carte mère AsusMaximus 8 Extreme. Seulement voilà, RealBench n’évalue pas uniquement les performances du processeur, il teste également les aptitudes de la configuration en OpenCL, et à ce petit jeu là la dernière Titan X de Nvidia fait des ravages. Pas de bol, je n’ai pas cette carte graphique sous la main !La lutte va être difficile avec mon Asus GeForce GTX 1080 STRIX

On a overclocké le temps ?

Les jours passent vite, très vite, quand on est occupé… C’est donc sans m’en rendre compte, après une semaine passée sur le test de la GTX 1080 STRIX OC (il arrive bientôt sur Tom’s Hardware !) que je m’aperçois qu’il ne reste plus qu’une poignée d’heures avant la fin de la compétition. Panique à bord, la nuit va être courte !

Pas de record, pas de repos !

Cela illustre assez bien mon état d’esprit dimanche soir, nous n’irons pas nous coucher tant que nous ne serons pas premiers. Je commence par travailler mes optimisations afin d’avoir un score le plus haut possible pour une fréquence donnée.

Je profite de la fraîcheur de la nuit avec mon système monté en urgence !Une fois prêt, il est temps de monter les tensions d’alimentation, mais attention, les processeurs Skylake chauffent beaucoup quand ils sont overclockés. J’avais donc au préalablement retiré l’IHS de celui-ci pour remplacer la pâte thermique par une solution à base de métal liquide très performante.

Les heures défilent et il est déjà une heure du matin. Les scores montent, la première place se rapproche, mais ce satané test OpenCL me pénalise et tire le résultat global vers le bas !

À ce moment-là, le processeur est cadencé à 5,1 GHz, soit 50 MHz de plus que le leader de la compétition (équipé d’une Titan X !). La tension d’alimentation étant réglée sur 1,58 V, ce qui est plus que déraisonnable, nous ne pourrons pas aller plus loin. La zone rouge a déjà été franchie depuis longtemps.

Il va falloir ruser…

C’est alors que je connecte mon OC Panel, un accessoire fourni avec les cartes mères de la série ROG qui permet, entre autres, d’overclocker le système à la volée, c’est-à-dire sans passer par le BIOS, ni par Windows.

Grâce à lui, j’ai pu imposer au processeur de passer chaque test à une fréquence différente, et ainsi améliorer le score global. Il faut tout de même être rapide, si la fréquence change trop tôt, le score sera moins bon. Si elle change trop tard le processeur est instable et le benchmark plante !

Après de nombreux essais pour grappiller MHz par MHz, les fréquences maximales ont été :

  • Test 1 : 5,22 GHz
  • Test 2 : 5,12 GHz
  • Test 3 : 5,12 GHz
  • Test 4 : 5,10 GHz

 

La première place tombe enfin !

Pas trop tôt ! Presque trois heures du matin : j’ai pu compenser mon retard en OpenCL avec les autres tests CPU. Le réveil, dans quatre heures, risque d’être douloureux. Mais peu importe, nous sommes passés !

Le reste de la configuration était constitué de 4 x 8 Go de G.skill Tridend Z @1800+ en 12-12-12-28, d’une GTX 1080 STRIX OC @2130 MHz sur le GPU et 1350 MHz sur la RAM, le tout alimenté par une une Corsair Ax1500i.

Rendez-vous à la fin du mois pour le Challenge II, et qui sait, peut-être serez-vous de la partie !