Ransomware WannaCry : des hôpitaux et opérateurs en otage, plus de 100 pays touchés

Mettez vos PC à jour !

Un ordinateur contaminé par WannaCryPlus de 100 000 PC dans plus de 100 pays sont victimes d’un ransomware qui continue de se propager à l’aide d’un ver particulièrement puissant capable d’infecter les machines d’un même réseau, mais aussi de s’exporter sur la Toile. Surnommé WannaCry, il chiffre les données principales d’un système et réclame entre 300 et 600 dollars en BitCoin pour tout déchiffrer. Les auteurs exactes de l’attaque ne sont pas connus, mais certains portefeuilles BitCoin auraient commencé à recevoir des sommes massives.

Merci la NSA !

Selon la BBC, l’opération serait destinée à marquer un mécontentement envers la politique de Donald Trump. Le comble est que les pirates utilisent un outil en provenance de la NSA, l’agence nationale américaine de sécurité, un outil récemment dérobé et publié sur la Toile. Le ransomware exploite une faille dans Windows, surnommée Eternal Blue. Microsoft a publié un correctif en mars dernier, mais beaucoup d’organisations ne sont pas à jour.

Bilan humain

Pour l’instant, les pays les plus touchés par WannaCry sont l’Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Italie et Taïwan. Des opérateurs de télécommunication, des fournisseurs d’électricité ou gaz naturel, et même des hôpitaux, ont été sérieusement affectés. Des procédures chirurgicales ont dû être reportées et certains patients ont dû être renvoyés chez eux.