Mémoire flash NAND 3D : 140 couches d’ici l’année 2021

Bientôt des tours de stockage ?

La mémoire flash a trouvé un bon moyen d’augmenter sa densité : s’empiler en plusieurs couches de cellules au sein d’une même puce, et la progression de cette NAND 3D ne va pas s’arrêter de si tôt. Les dernières annonces des experts expliquent que d’ici 2021, une puces de flash aura 140 étages de cellules de stockage. Aujourd’hui, on en est à 64 couches, et bientôt 96 couches en fin d’année.

Réduire l’épaisseur

Le processus n’est toutefois pas aussi simple qu’on pourrait l’imaginer. Plus l’empilement est grand, plus les difficultés s’accumulent. Pour l’instant, l’enjeu est d’améliorer la finesse de chaque couche (en hauteur) pour pouvoir en empiler un plus grand nombre. La présence de 140 couches va aussi nécessiter l’utilisation de matériaux différents. Bref, l’objectif étant d’augmenter la densité de la mémoire flash et donc de diminuer son prix relatif… C’est du tout bon !