Comparatif : 8 boîtiers externes USB testés, lequel choisir ?

1 : Quel boîtier externe USB choisir ? 2 : Protocole de test 3 : Tests synthétiques : lecture et écriture séquentielles 4 : Tests synthétiques : lecture et écriture aléatoires 5 : Tests pratiques : copie de fichiers, Anvil 6 : Tests pratiques : démarrage de jeu

Conclusion

Une chose est évidente : tous les modèles de boîtiers externes USB ne se valent pas, et on peut même ajouter que les performances ne sont pas forcement proportionnelles au prix. De plus, certains modèles (l’Inatek FE2011 par exemple) sont particulièrement peu fiables et ont tendance à se déconnecter dès qu’ils sont un peu « stressés ».

Bonne nouvelle, les modèles annoncés compatibles USB 3.1 Gen2 le sont effectivement en pratique, et tous les boitiers sont compatibles UASP. Attention en revanche aux modèles annoncés « USB 3.1 » : il s’agit bien évidement de boîtiers USB 3.1 Gen1, autrement dit USB 3.0.

Modèles conseillés et à éviter

Le Sabrent EC-UK30 est notre véritable coup de cœur : il s’agit du moins cher de notre comparatif et pourtant, il offre des performances acceptables, dans la moyenne des autres modèles. Cerise sur le gâteau, ce boîtier métallique est livré avec un tournevis pour monter le SSD (ou le disque dur) et une petite pochette de protection ! Face à lui, l’iNeo iNAC2573-C, bien que plus rapide, est un modèle en plastique à l’apparence plus bas de gamme, livré sans accessoire.

Attention enfin à l’Inatek FE2011, absolument déconseillé à cause de ses déconnections intempestives, et aux Inatek FEU3NS-1E et Orico 2189U3-BK, aux performances faibles et variables. En d’autres termes, évitez les modèles basés sur des contrôleurs ASMedia ASM1051 ou Norelsys NS106X…

Sommaire :

  1. Quel boîtier externe USB choisir ?
  2. Protocole de test
  3. Tests synthétiques : lecture et écriture séquentielles
  4. Tests synthétiques : lecture et écriture aléatoires
  5. Tests pratiques : copie de fichiers, Anvil
  6. Tests pratiques : démarrage de jeu
  7. Conclusion