Comparatif : test de 44 souris dédiées aux jeux vidéo

1 : Intro et sélection des meilleures souris gaming 2 : Guide : design, taille et poids 3 : Guide : interface et capteur 4 : Guide : polling rate et DPI 6 : Toutes les souris testées et leur award 7 : Tests : modèles à moins de 50 euros 8 : Tests : modèles à moins de 80 euros 9 : Tests : modèles à plus de 80 euros

Guide : boutons, macros et logiciel

Des boutons partout !

Beaucoup plus intéressants que les DPI d’une souris, le nombre de boutons disponibles va permettre d’allouer davantage de commandes à votre mulot. De plus en plus de périphériques permettent par ailleurs de programmer les fonctions de ces boutons. On peut évidemment vivre sans tout cela, mais il s’agit de véritables avancées. Après tout, on reconfigure bien les commandes claviers sur la majorité des jeux.

Deux exemples de souris pensées pour les MMORPG, la Trust GXT166 et la Havit HV-MS735

En règle générale, toutes les souris ont aujourd’hui deux boutons principaux, une molette cliquable et deux boutons latéraux qui prennent place sous le pouce. Disons que pour un joueur, il s’agit du minimum. On peut aisément aller au-delà en ajoutant par exemple un ou deux boutons derrière la molette et, éventuellement, en complétant le duo du pouce avec un troisième bouton. Certains modèles encore plus spécifiques vont toutefois beaucoup plus loin. Ainsi, des souris dédiées aux MOBA et, surtout, aux MMO intègrent une douzaine de boutons sous le pouce.

Armoury, Swarm, Synapse : importance cruciale du logiciel

Dernier point que nous aimerions soulever avec de rentrer dans le vif du sujet, la question du logiciel se pose avec toujours plus d’insistance que les souris sont dotées de fonctionnalités complexes. Bien sûr, USB oblige, toutes les souris du marché sont immédiatement reconnues par Windows. Seulement voilà, si le pilote de Microsoft est capable de gérer la vitesse de déplacement du pointeur ou le nombre de lignes que l’on fait défiler avec la roulette, il ne va pas plus loin. Impossible, vous vous en doutez, de jouer avec les LED de nos mulots RGB. Impossible également de modifier le fameux taux d’interrogation ou polling rate.

Ces fonctions – et beaucoup d’autres – doivent se retrouver sur les logiciels spécifiques à chaque marque. L’évaluation dudit logiciel fait donc partie intégrante du processus de test et l’absence d’un tel outil – comme sur la HyperX Pulsefire FPS – est forcément préjudiciable. Il ne suffit toutefois pas de proposer un logiciel pour nous convaincre. On remarquera par exemple qu’en fonction des marques, le programme est plus ou moins léger : pensez donc, quand le logiciel PNY n’accuse que 5 Mo sur la balance, on monte déjà à 25 Mo avec le Razer Synapse et on excède même les 125 Mo pour le Roccat Swarm… pourtant, les fonctionnalités sont théoriquement les mêmes.

Deux de nos interfaces logicielles préférées : à gauche, l’Assistant pour jeux vidéo de Logitech et, à droite, le Roccat Swarm

Quelles sont-elles ces fonctionnalités ? Nous avons déjà évoqué la présence d’un réglage du polling rate, notez toutefois que la précision est plus ou moins de mise avec 3, 4 voire 5 positions possibles. Plusieurs profils de sensibilité peuvent également être prédéfinis : bien pratique quand on préfère jouer à 3200 DPI sur un RTS et à 1600 sur un FPS par exemple. Les souris RGB permettent de jouer avec l’éclairage, voire de le couper. Enfin, tout un panneau d’options se doit d’être consacré à la personnalisation des boutons et la création de macros. Ces dernières permettent d’affecter une succession de commandes à une seule et même action.

Nous l’avons plus ou moins déjà dit, tous les logiciels ne se valent évidemment pas. Quand HyperX ne dispose d’aucun logiciel, Speedlink propose le minimum syndical avec une interface largement perfectible. Les 5 Mo du soft PNY s’expliquent en partie par l’absence d’interface macro. En revanche, le constructeur est parvenu à tout faire tenir sur une seule page quand il faut naviguer entre quatre onglets chez Razer. À ce niveau, Roccat propose un ingénieux système de favoris pour regrouper les fonctions que l’utilisateur juge les plus importantes. Il s’agit d’ailleurs d’un de nos softs préférés avec l’Assistant jeux vidéo de Logitech.

Sommaire :

  1. Intro et sélection des meilleures souris gaming
  2. Guide : design, taille et poids
  3. Guide : interface et capteur
  4. Guide : polling rate et DPI
  5. Guide : boutons, macros et logiciel
  6. Toutes les souris testées et leur award
  7. Tests : modèles à moins de 50 euros
  8. Tests : modèles à moins de 80 euros
  9. Tests : modèles à plus de 80 euros