Test des 9900K, 9700K et 9600K : overclocking à 5 GHz contre Ryzen

La neuvième génération d’Intel enfin testée et overclockée comme il se doit, face à Ryzen, lui-aussi overclocké.

1 : Intro, caractéristiques 2 : Consommation, overclocking et configuration de test 3 : VRMark, 3DMark et AotS :Escalation 4 : Shadow Of War et Project CARS 2 5 : Civilization VI CPU et GPU, Dawn of War III 6 : GTA: V et Hitman 8 : Rendu, transcodage et compression 9 : Conclusion

Bureautique

Adobe Creative Cloud

Bien que la suite Adobe inclue quelques benchmarks tirant parti du multithreading, le résultat final est fortement conditionné par les benchmarks peu threadés, lesquels sont représentatifs de la plupart des programmes utilisés sur les PC destinés aux particuliers.

Le Core i7-9700K livre un véritable duel au 9900K sur la suite Creative Cloud, faisant jeu égal avec le vaisseau amiral « grand public » d’Intel en termes de score global. Il parvient même à le dominer de la tête et des épaules avec overclocking. L’association entre la supériorité d’Intel s’agissant des performances par cœur ainsi que la présence de huit cœurs physiques permet d’atteindre des résultats que nous n’aurions pas pu imaginer quelques générations plus tôt.

Navigateur Internet

La suite Krakken évalue les performances JavaScript au travers de plusieurs domaines parmi lesquels audio, infographie et cryptographie. Comme la plupart des charges induites par les navigateurs Internet, ce sont les performances sur un seul thread qui priment avant tout. Ces tests illustrent les compromis qui découlent d’un overclocking identique sur l’ensemble des cœurs, tout particulièrement dans le cas des Ryzen deuxième génération.

Le Core i7-9700K impressionne encore à fréquence d’origine, parvenant presque à égaler le Core i9-9900. Le fer de lance d’Intel parvient tout de même à sortir vainqueur du test Motion Mark, lequel mesure à quel point un processeur est capable de gérer efficacement les ressources graphiques à disposition.

L’overclocking permet d’inverser les rôles : du haut de ses 5,1 GHz, le Core i7-9700K est sans égal.

PCMark 10

Le test de démarrage mesure la vitesse à laquelle les programmes de traitement de texte, GIMP et les navigateurs démarrent, à chaud et à froid. D’autres éléments de la configuration influent sur les résultats, notamment le sous-système de stockage. Les performances sur un cœur étant déterminantes pour la réactivité d’une majorité de programmes, les processeurs d’Intel s’intercalent comme prévu en fonction de leurs fréquences.

Le benchmark de visioconférence mesure les performances des programmes mono et multi-utilisateurs utilisant Windows Media Foundation pour la lecture vidéo et l’encodage dans ce domaine. Il simule également la reconnaissance faciale au cours du test afin de représenter le plus fidèlement possible les performances en conditions réelles. Ce benchmark répondant bien à l’ensemble des ressources disponibles, les Ryzen reviennent vers le sommet du classement. Si le 9700K accuse un léger retard sur le Ryzen 7 2700X à fréquence d’origine, l’overclocking lui permet d’inverser la tendance.

Le benchmark en retouche d’image mesure les performances avec les binaires de Futuremark, lesquels s’appuient sur la librairie ImageMagick. Les tâches de type traitement d’image tendent par ailleurs à être optimisées pour le multithreading, ce qui explique pourquoi les processeurs à huit cœurs d’Intel et AMD mènent la danse. Cela étant dit, le Ryzen 7 2700X profite pleinement du multithreading pour dominer le 9700K, à tel point que le rapport de forces reste identique après overclocking.

Sommaire :

  1. Intro, caractéristiques
  2. Consommation, overclocking et configuration de test
  3. VRMark, 3DMark et AotS :Escalation
  4. Shadow Of War et Project CARS 2
  5. Civilization VI CPU et GPU, Dawn of War III
  6. GTA: V et Hitman
  7. Bureautique
  8. Rendu, transcodage et compression
  9. Conclusion