Test : KFA2 RTX 2070 EX, une carte efficace et abordable

Que demander de plus ?

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détail 3 : Démontage : PCB et dissipateur 4 : Benchmarks QHD / 4K 5 : Consommation 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et bruit

Résumé et conclusion

Résumé

Efficace et abordable, c’est ce qu’on peut dire de cette KFA2 GeForce RTX 2070, qui ne propose pas de fonction la démarquant de la concurrence, comme un second BIOS ou bien des illuminations RVB plus raffinées, mais ne commet aucun faux pas et se hisse ainsi en haut de la liste des cartes à considérer dans sa catégorie.

Les composants utilisés ne sont pas dernier cri, et on a multiplié les MOSFET plutôt que d’avoir recours à des puces tout en un, un choix au final judicieux puisqu’il permet de mieux répartir la chaleur. Son apparence est agréable, sa performance, louable, et face à la carte de référence Nvidia, elle s’avère être la meilleure alternative non seulement en termes de prix, mais aussi de performance et de discrétion. On est loin d’une carte low-cost comme on aurait pu le craindre.

Cela dit, la belle reste une carte chère, et à ce niveau de prix, certains attendront un peu plus de luxe que l’offre premium économie proposée par KFA2.

Conclusion

8/10

KFA2 RTX 2070 EX

480€
On aime
  • Refroidissement performant et silencieux
  • Composants adéquats
  • Design du PCB efficace
  • Finitions soignées
  • Ni trop grosse, ni trop lourde
  • Illuminations RVB décentes
  • Prix imbattable
On n’aime pas
  • Démarrage des ventilateurs à corriger
  • Légères vibrations des ventilateurs
Verdict :

Au prix de vente conseillé de 499 euros, KFA2 jette un pavé dans la marre des cartes RTX jusqu’à présent exclusivement à prix premium. Pour un modèle nettement plus rapide qu’une GeForce GTX 1080 et se rapprochant même dangereusement d’une GeForce GTX 1080 Ti FE, c’est une carte qui pourrait bien faire craquer plus d’un joueur. Et à 100 euros de moins que sa concurrente Asus OC, on argumenterait presque que c’est un achat parfaitement raisonnable. Le refroidissement est efficace et silencieux et les températures laissent de bonnes réserves pour s’adonner à un overclocking modéré. Alors certes, ce n’est pas un chip de premier choix, mais qui s’en soucie quand il parvient à faire aussi bien grâce à un refroidissement supérieur ? Les Nvidia RTX commencent ainsi lentement à se démocratiser et on espère que les autres constructeurs suivront rapidement avec des cartes moins élitistes. Il faudra certes faire une croix sur – ou plutôt sous – la barre symbolique des 2 GHz, mais soyons honnêtes, dépasser cette limite, c’est toujours augmenter sa facture d’électricité et les nuisances sonores dans des proportions peu défendables. Le petit overclocking permet de compenser l’origine moins prestigieuse du chip embarqué. Et non, elle ne vous permettra pas de voler en classe affaires à coups d’overclocking ni de transformer votre boiter en discothèque huppée. Et c’est très bien comme ça.

Lire le test

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détail
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks QHD / 4K
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et bruit
  8. Résumé et conclusion