Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Généreuse en MHz, discrète, mais très chère.

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détail 4 : Benchmarks Full HD / QHD 5 : Consommation 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et bruit 8 : Résumé et conclusion

Démontage : PCB et dissipateur

Analyse du PCB

Le PCB maison imaginé par MSI se décline dans sa quatrième révision. Cela signifie qu’il ne s’inspire pas du design de référence PG161 à six couches recommandé par Nvidia pour la RTX 2060, mais qu’il reprend le design plus ancien du PG160 à huit couches, lequel aurait permis par exemple d’ajouter un convertisseur de tension supplémentaire pour l’alimentation du GPU, mais auquel on a renoncé pour des raisons de coût. L’unique entrée d’alimentation ATX à huit broches est classique dans cette gamme de prix. 

L’entrée d’alimentation externe et celle de la fente de la carte mère sont équipées d’une bobine (de 330mH et 1μH respectivement) pour lisser les pics de courant, de points de mesure et d’un fusible. 

Le contrôleur PWM est un NCP81610 de On Semiconductor, un modèle récent capable de fournir de manière très précise les tensions nécessaires aux GPU de dernière génération. Il contrôle les cinq phases réservées au GPU, mais celles-ci sont doublées grâce à un driver NCP81158.

Les deux phases pour la mémoire sont, elles, gérées par un contrôleur uP1660Qde UPI Semiconductor. Dans l’ensemble, on voit que le PCB est un peu trop sophistiqué pour une GeForce RTX 2060, et qu’on a donc veillé à contenir les dépenses au niveau des composants, par exemple en limitant le nombre de phases à cinq au lieu des six possibles. 

Dissipateur et plaque arrière

Sur l’image ci-dessous, on observe deux cadres de stabilisation et maintien, placés en dessous des radiateurs. Le premier entoure le GPU et refroidit les modules mémoire, le second recouvre la surface des VRM. Ces deux cadres sont vissés à la plaque arrière et protègent le PCB d’éventuelles torsions.  

À la différence des exemplaires de préproduction envoyés à la presse, le pad thermique recouvrant les VRM a été élargi et on estime à 50 % le gain de conductivité à attendre à ce niveau. Les autres pads ne réservent pas de surprise. 

Les quatre caloducs de 6 mm de diamètre transmettent la chaleur jusqu’aux extrémités des radiateurs. La carte est équipée de deux ventilateurs de 8,5 cm positionnés juste au-dessus des deux radiateurs. Le bloc de refroidissement en métal léger attache le système de refroidissement au reste de la carte via quatre douilles filetées. 

Autre nouveauté des modèles du commerce : un pad thermique a été ajouté à l’arrière des MOSFET pour que la plaque arrière les refroidisse. 

Type de refroidissementPar air
Bloc de refroidissement GPUCœur en cuivre
RadiateurEn aluminium, orientation verticale, lamelles peu espacées
Caloducs4 de 6 mm de diamètre en cuivre, nickelés
Refroidissement VRMVRM GPU via plaque de refroidissement dédiée,
VRM mémoire via plaque de refroidissement dédiée
Refroidissement mémoireVia plaque dédiée
Ventilateurs2 ventilateurs de 8,5 cm à 14 pales,
Arrêt des ventilateurs au repos
Plaque arrièreEn aluminium, participe au refroidissement

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détail
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks Full HD / QHD
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et bruit
  8. Résumé et conclusion