Accueil » Actualité » 3DMark passe à DirectX 12 : nos premiers tests

3DMark passe à DirectX 12 : nos premiers tests

Image 1 : 3DMark passe à DirectX 12 : nos premiers tests

Alors que la sortie de Windows 10 s’approche de plus en plus vite, les éditeurs de logiciels se préparent à mettre à jour leurs produits pour prendre en compte les nouveautés concoctées par Microsoft. Futuremark vient ainsi de publier une mise à jour de 3DMark, qui intègre un nouveau test dédié à mesurer les apports de DirectX 12.

Curieux de nature, nous avons lancé ce test, non pas sur des GeForce GTX 980 ou des Radeon R9 390X, mais sur deux ultrabook. L’un était équipé d’un Core i5 4300U, un processeur de la génération Haswell qui possède un GPU Intel HD 4400. L’autre est le tout dernier Dell XPS 13, animé par un Core i7 5500U Broadwell et son nouveau GPU HD 5500. Tous deux exécutaient Windows 10 dans sa dernière Technical Preview (10041) et le pilote Intel v10.18.15.4124. Un troisième PC équipé d’un Core i5 3317U nous servait de référence : son GPU HD 4000 n’est pas compatible DirectX 12.

Core i5 4300U Core i7 5500U Core i5 3317U
DX11 (monothread) 421 492 535 104 193 582
DX11 (multithread) 438 356 575 459 214 870
DX12 1 450 747 870 773

Avant d’interpréter les scores, attardons nous un moment sur la manière dont fonctionne le test. Le 3DMark API Overhead feature test mesure le nombre maximum d’objets qui peuvent être dessinés à l’écran (le nombre de draw calls) avant que le nombre d’images par seconde tombe sous les 30 ips. C’est donc un test très spécifique, absolument pas représentatif des performances dans un jeu complet. L’intérêt de cette mesure est d’isoler une spécificité de DirectX 12. Comme Mantle, DX12 vise justement à minimiser l’API overhead et donc à augmenter le nombre de draw calls possibles.

Que nous disent donc les résultats ? D’une part, on peut mesurer la progression permise par DirectX 12. Le passage à la nouvelle API fait bondir le score du Core i5 4300U de 330 % et celui du Core i7 5500U de 150 %. 3DMark confirme ainsi le diagnostic posé par l’unique benchmark DirectX 12 disponible jusqu’alors (Star Swarm), qui avait déjà démontré des gains impressionnants. Windows 10 va donc réellement apporter une grande bouffée d’oxygène aux développeurs.

Une autre lecture des résultats fait apparaître une belle différence entre Haswell et Broadwell. En DX11, le Core i7 5500U est nettement plus rapide (30 %) que le Core i5 4300U, un résultat en accord avec l’avantage en fréquence et en nombre d’unités du GPU de la puce Broadwell. En DX12, la situation s’inverse totalement : le Core i5 4300U est alors 70 % plus efficace que le Core i7 5500U. Pourquoi ? Difficile à dire à ce stade, mais on peut supposer que les pilotes pour Broadwell n’ont pas la même maturité que ceux pour Haswell. Il est également possible que cette toute première version de 3D Mark pour DirectX 12 soit encore buggée.