Accueil » Actualité » 70 % des licences Office seraient inutiles, vraiment ?

70 % des licences Office seraient inutiles, vraiment ?

Image 1 : 70 % des licences Office seraient inutiles, vraiment ?

Certaines périodes de l’année sont fort peu chargées en actualité. Le mois de mai, avec ses jours à la fois beaux et fériés et sa proximité avec le Computex est un de ses temps morts dans le monde high-tech. Cette atonie a de bons côtés : elle permet par exemple aux rédactions d’avancer sur des projets chronophages (tiens si on rangeait nos bureaux ?). Elle en a aussi des mauvais, comme de donner une forte visibilité à des communiqués de presse douteux. Un très bon exemple en est cette étude, largement diffusée depuis la semaine dernière, selon laquelle 70 % des employés n’utilisent presque pas (moins de 12 minutes par jour) leur licence Office.

Les chiffres semblent édifiants. Les habitudes de presque 150 000 employés répartis dans 51 grandes entreprises mondiales ont été analysées pendant 3 mois. En moyenne, un employé passerait 48 minutes dans Office, dont 33 minutes sur Outlook, 8 minutes dans Excel, 5 minutes dans Word et 2 minutes dans PowerPoint. 95 % des employés utiliseraient Word moins de 12 minutes par jour. Seulement 2 % des employés recouraient réellement à deux applications de la suite Office. Bref, les entreprises, surtout les grands comptes, pourraient faire des millions d’économies en ne souscrivant pas des licences pour Office et en adoptant des alternatives « Cloud » beaucoup moins coûteuses comme les Google Apps, tout à fait adaptées à 80 % de leurs salariés.

Malheureusement, cette étude fut réalisée par une jeune entreprise qui, justement, commercialise un outil de surveillance du poste de travail, permettant de déterminer l’utilisation des diverses applications installées et qui aide les entreprises à migrer vers des web apps comme les Google Apps. Il n’est donc pas étonnant de la voir publier une étude prêchant pour sa paroisse, mais il vaudra sans doute mieux attendre une étude moins partisanne pour discuter de la pertinence de Microsoft Office en entreprise.