Accueil » Test » Acer Predator G1 : petit, puissant, mal réalisé

Acer Predator G1 : petit, puissant, mal réalisé

1 : Un bon boîtier bourré de petits défauts 2 : Performances et overclocking 4 : Verdict

Refroidissement et silence

Voici comme toujours le chapitre le plus important pour juger de la qualité d’assemblage d’un PC. Et disons-le tout de suite, le Predator G1 pâtit quelque peu de sa conception compacte.

Des températures élevées

Image 1 : Acer Predator G1 : petit, puissant, mal réalisé

Malgré des ventilateurs CPU et de boîtier franchement petits, le Predator G1 parvient à maintenir son processeur à une température raisonnable. Rappelons que le Core i7 6700 n’a qu’un TDP de 65 W. La GTX 1080, de son côté est plus en peine. Sous Furmark, le GPU monte à 84 °C, alors que la température ambiante pendant ces tests était de 16 °C. Un été un peu chaud pourrait bien forcer un ralentissement pour éviter la surchauffe.

Silencieux au repos bruyant en charge

Image 2 : Acer Predator G1 : petit, puissant, mal réaliséLe système de refroidissement ne nous est pas non plus apparu idéal du point de vue silence. Pour générer un courant d’air égal, un ventilateur plus petit doit tourner plus vite, ce qui se traduit par plus de bruit. Notre sonomètre nous ayant fait défaut pendant le test, nous ne pouvons rapporter des mesures chiffrées, mais à l’oreille nous pouvons dire qu‘au repos, le Predator G1 est virtuellement inaudible dans une pièce normale (autour de 30 dBA de niveau sonore ambiant).

En charge en revanche, le G1 mouline fort et s’avère bruyant. Impossible de vraiment quantifier cette affirmation sans sonomètre, mais il nous a paru plus bruyant que le Hawk d’Infomax que nous avons testé presque au même moment, et qui générait 40 dBA en charge. Le niveau sonore absolu reste correct pour un PC gaming lancé à pleine vitesse, mais le caractère du bruit, émis à des fréquences plus hautes, est plus désagréable.

Sommaire :

  1. Un bon boîtier bourré de petits défauts
  2. Performances et overclocking
  3. Refroidissement et silence
  4. Verdict